Les prix des légumes connaîtront une hausse variant entre 15 et 20% à partir d’aujourd’hui ou au plus tard ce week-end. Cette hausse intervient en raison du mauvais temps, surtout des pluies torrentielles qui ont affecté plusieurs champs à travers le pays. Les planteurs de certaines régions déplorent une perte allant jusqu’à 50%.

Selon le président de la Small Planters’ Association, Kripalloo Sunghoon, plusieurs régions dans le Nord, l’Est et le Sud ont été affectées par les récentes pluies torrentielles. Des dégâts ont été essentiellement enregistrés à Flacq. « La majorité des planteurs de la région Flacq cultivent les légumes dans la mare. Donc, quand il y a des averses, leurs champs ne sont pas épargnés.

En ce qui concerne le Sud, les planteurs ont été certes épargnés des pluies torrentielles, mais il y a eu beaucoup de pluie, ce qui a provoqué une érosion de la terre dans les champs », explique-t-il. La situation a commencé à empirer depuis ce matin sur le marché. Ils étaient plusieurs marchands à se plaindre. « Les marchands de légumes ont acheté des légumes ce mardi pour les mettre en vente sur le marché hier. Mais, certains ont dû jeter environ 15% des légumes achetés. La raison en est que ces légumes ont commencé à absorber de l’eau, donc inappropriés pour la consommation. Ils s’attendent à perdre entre 25 et 30% des légumes qu’ils ont achetés jusqu’à demain », fait-il ressortir.

Iran Ramjane, planteur de légumes dans le nord du pays, explique que les pluies torrentielles dans certains endroits provoquent une importante accumulation d’eau dans des champs de légumes, affectant ainsi la culture. Les légumes les plus affectés par ces intempéries sont les pommes d’amour, les bringelles et les piments. « Avec ces grosses averses inattendues, nous avons perdu 50% des légumes car les plantes commencent à mourir. Le climat est trop imprévisible. Depuis le début de l’été, il n’y a pas eu suffisamment d’eau pour arroser les plantes et maintenant, des pluies torrentielles inattendues s’abattent sur le pays. Dans ces conditions, la plupart des légumes ne survivent pas. J’ai moi-même encouru des pertes allant jusqu’à 50% de ma récolte de pommes d’amour », déplore le planteur.

En effet, Kripalloo Sunghoon explique qu’avec tantôt un soleil ardent et tantôt des pluies torrentielles, les pommes d’amour sont affectées et meurent avant la récolte. Iran Ramjane estime que ces pertes auront définitivement des répercussions sur le prix des pommes d’amour à Maurice. Il affirme même qu’une hausse des prix n’est pas à écarter à partir de ce week-end. De plus, il craint que la situation des planteurs n’empire avec la météo qui prévoit un mauvais temps dans les jours à venir, avec des pluies modérées à fortes. Les lianes sont aussi affectées.

Selon Kripalloo Sunghoon, à la suite des récentes pluies, les lianes ne produiront pas de fleurs, donc pas de fruits. « Il faudra encore une douzaine de jours pour que les lianes fleurissent et encore une dizaine de jours pour produire les fruits. Pendant ce temps, la quantité de margozes, calebasses, entre autres, diminuera sur le marché », dit-il. En revanche, dans la région de Mare-Longue, aucun problème n’est à déplorer. Rampal Jeewan, planteur de la région, soutient que les pluies torrentielles n’ont pas été au rendez- vous dans cette partie du pays depuis quelques mois. Donc, la récolte est « normale », selon lui. « Les légumes sont en abondance dans notre région. La situation est encore sous contrôle, du moins tant que nous sommes à l’abri des pluies torrentielles », fait-il ressortir.