Les six Family Support Bureaux à travers l’île ont enregistré, pour l’année 2016, 5 157 cas de problèmes familiaux, dont 2 709 sont liés à la violence domestique. C’est ce qu’a relevé la ministre de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille, Fazila Jeewa-Daureeawoo, lors d’une conférence de presse la semaine dernière, à Port-Louis. À cette occasion, elle a annoncé les activités qu’organisera le ministère pour marquer la Journée internationale de la famille, célébrée le 15 mai.
Selon la ministre Daureeawoo, parmi les 5 157 cas rapportés en 2016, la grosse majorité, soit 4174, concerne les femmes et 983, les hommes. La violence domestique demeure la première cause des problèmes au sein de la famille. En 2016, elle concernait 275 hommes et 2 434 femmes. Cette année, de janvier à mars, la ministre note que 1 350 cas ont été rapportés, soit 1 083 cas qui concernent les femmes et 267 les hommes. Encore une fois, la violence domestique est récurrente avec 694 cas, soit 86 concernant les hommes et 608 les femmes. En outre, elle indique que, selon les rapports disponibles au ministère de tutelle, les autres facteurs de violence familiale sont l’alcool, le manque de communication et les relations extraconjugales.
Fazila Daureeawoo estime qu’aujourd’hui, « même si la structure familiale a changé – de la famille élargie à celle monoparentale en passant par la famille nucléaire —, elle demeure un pilier pour les individus, la fondation de la société au sein de laquelle on apprend les valeurs et les aptitudes sociétales ».
Depuis 1993, indique-t-elle, les Nations unies ont décrété que le 15 mai sera célébrée la Journée internationale de la famille. Cette année, le thème choisi est « Families, education and well-being » qui s’aligne sur le 4e objectif du développement durable émis par l’ONU dans le cadre de ses Millenium Development Goals qui est « d’assurer une éducation équitable, inclusive et de qualité, et de promouvoir la formation continue pour tous ».
Ainsi pour cette journée, la ministre a retenu le slogan « Fami ek ledikasion : Nou lavenir ». Une série d’activités se tiendra à partir de ce week-end pour marquer cette journée, avec un Family Week-End au Gymkhana ; un atelier consultatif en début de semaine prochaine qui visera à mettre en place un « Observatoire de la parentalité » ; et un autre atelier pour la validation du rapport sur la prévalence, les causes, les conséquences et les coûts de la violence entre partenaires intimes sur l’économie mauricienne. Cette étude a été menée par l’Université de Maurice pour le compte du ministère de tutelle, et ce suite à un constat d’une hausse des cas de violence entre partenaires intimes.