L’audience d’hier dans le procès qu’intente l’ICAC à la MCB pour le détournement de Rs 881,6 millions au détriment du NPF, qui est présidé par Me Raj Seebaluck siégeant en Cour criminelle intermédiaire, a été marquée par une motion émanant de Me Éric Ribot SC, principal avocat de la défense. Dans cette motion, l’avocat conteste l’ordre dans lequel la poursuite, représentée par Me Rashid Ahmine, décide d’appeler les témoins à la barre.
Huit personnes ont été convoquées pour être entendues lors de la séance d’hier, mais un seul a été entendu. Il s’agit de Issac Beebeejaun, Principal Compliance Officer du bureau du Registrar of Companies. Me Ahmine lui a demandé de produire la liste des membres du conseil d’administration de la banque et celle des actionnaires. Il les a déposées, précisant qu’il n’a été assigné à comparaître qu’en septembre 2010.
Me Ribot a interrogé, après un échange entre les deux parties, Hemant Kumar Heerah, l’ICAC Prosecutor, qui a confirmé que des responsables de la MCB ont consigné des dépositions, dont Clifford Allet, celui qui représente la banque dans le box des accusés. Par la suite, Me Ahmine a appelé Reshad Hossenee, ancien chef de cabinet au ministère de la Sécurité sociale. C’est alors que Me Ribot, qui est assisté de Mes Maxime Sauzier SC et Éric Ribot Jr, a présenté une motion.
L’avocat de la défense a contesté l’ordre dans lequel la poursuite appelle les témoins. Il a fait ressortir qu’il s’attendait à ce que les dépositions permettant à la Cour de prendre connaissance de la version de la MCB sur l’accusation formulée contre elle soient entendues en premier. Lui donnant la réplique, Me Ahmine a souligné que la poursuite a le droit de choisir de faire entendre un témoin avant un autre, sans que cela ne cause quelque préjudice à la défense. « Ce serait un mauvais précédent si un des témoins devait être appelé en premier », a-t-il insisté, avant de conclure que « this Court is a fair one ».
Le magistrat rendra son ruling le 17 octobre.