L’enquête préliminaire dans le cadre du meurtre du constable Ashwin Ramkhalawan, le 16 mai 2013, a été appelée pro-forma jeudi en Cour de district de Mapou. L’épouse du constable, Manisha Ramkhalawan, fait face à une charge de meurtre dans cette affaire. L’homme de loi de la défense, Me Sanjiv Teeluckdharry, a évoqué un point demandant à la cour de déterminer si Manisha Ramkhalawan a été privée d’une enquête équitable. L’avocat estime que la police a failli dans sa tâche en ne pas prendre en considération le premenstrual stress syndrome auquel faisait face sa cliente aux moments des faits. Me Teeluckdharry a soutenu que ceci peut avoir un effet sur le procès et que dans d’autres pays c’est un aspect qui est considéré lors de l’enquête. La poursuite a objecté. Les débats sur cette motion auront lieu à une date ultérieure. Rappelons que, le 16 mai 2016, le constable Ashwin Ramkhalawan avait été retrouvé gisant dans une mare de sang sur son lit, à Roche-Terre. La MCIT devait par la suite procéder à l’arrestation de son épouse, Manisha, qui, depuis le début, avait fait valoir son droit au silence pour ensuite nier toute implication dans ce meurtre. La jeune femme, qui disait souffrir de troubles mentaux, avait été admise à l’hôpital Brown-Séquard pour quelque temps.