La juge Nirmala Devat, qui a présidé le procès intenté à Rodney Ah Laye pour tentative de prendre possession d’une cargaison de comprimés de Subutex, a réservé son jugement, qu’elle rendra à une date ultérieure. Ce procès a débuté hier et a pris fin ce matin avec les plaidoiries des avocats.
L’accusé, un ancien opérateur de la Cargo Handling Corporation – qui travaillait aussi comme chauffeur de taxi marron –, a plaidé coupable d’avoir voulu prendre possession de la cargaison qui avait été transportée par la passeuse française Farah Nachi. Cette dernière avait débarqué à l’aéroport le 9 décembre 2011 avec, dans ses bagages, quelque 9 696 tablettes de Subutex. Un contrôle au scanner des bagages et des passagers du vol de Corsair venant de France avait alors permis de noter la présence d’un colis suspect dans les baggages de la Française. Des éléments de l’ASDU, postés à l’aéroport, ainsi qu’un douanier avaient ensuite effectué une fouille minutieuse des bagages, où ils ont découvert la drogue en question.
Interrogée par les enquêteurs, la Française avait indiqué qu’un dénommé Sivom lui avait remis le Subutex, ainsi qu’un portable afin qu’elle puisse se mettre en rapport avec ses contacts locaux, communiqués par l’homme en question.
La Française a pris part à un exercice de Control Delivery mis au point par les enquêteurs de l’ADSU, opération qui a abouti à l’arrestation de Rodney Ah Laye et d’un dénommé Mike Désiré Duval. Ah Laye était défendu lors du procès par un panel d’avocats composé de Mes Rama Valayden, Samad Goolamaully et Rouben Mooroogapillay.