Sur les 400 types d’algues que l’on trouve dans les lagons de Maurice et de Rodrigues, deux présentent un fort potentiel alimentaire et cosmétique. Elles peuvent être à la base d’achards et de confitures, alors que les tests continuent à être entrepris pour d’autres usages comme dans la fabrication de savonnettes ou de fertilisants non-toxiques. Depuis 2008, le Mauritius Research Council (MRC), en collaboration avec le Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI), effectue des recherches sur le potentiel exploitable des algues, à Maurice et à Rodrigues.
“Les algues locales présentent un fort potentiel d’exploitation”, souligne le Dr Madhvee Madhou, Research Coordinator au MRC. Sept ans après avoir entamé des recherches en vue de développer une industrie de production de produits à base d’algues à Maurice et à Rodrigues, le MRC commence à récolter des résultats porteurs. À l’heure actuelle, deux types d’algues en particulier ont donné d’excellents résultats, sur les cinq espèces qui ont fait l’objet de recherches approfondies. La Gracilaria salicornia, une algue rouge, et l’Ulva lactuca, une algue verte, peuvent être transformées en achards et en confitures.
Au vu des résultats, le potentiel alimentaire des algues de notre région est prononcé. À Rodrigues, la fabrication de ces produits et leur vente ont déjà commencé. À titre d’exemple, on fabrique des achards à base d’algues et de poisson salé, des achards à base d’algues et d’ourites séchées, ou de tourtes contenant des algues et de la confiture d’ananas.