« Que prévoit de faire le gouvernement lorsque les contrats arriveront à échéance ? », se demandent les animateurs de la Plateforme citoyenne, en ce qu’il s’agit du renouvellement des contrats des centrales thermiques de l’industrie sucrière opérant à partir de combinés bagasse/charbon. C’était lors d’un point de presse hier au Centre social Marie Reine de la Paix, Port-Louis.
Soucieuse du respect de l’environnement, la Plateforme citoyenne (PC) a soutenu hier que le projet de CT Power n’est que le sommet de l’iceberg. Derrière ce projet tant redouté des habitants de l’Ouest, se cachent d’autres enjeux tout aussi importants selon elle : le renouvellement des contrats des centrales thermiques de l’industrie sucrière opérant à partir de combinés bagasse/charbon. « Quel est le plan d’action du gouvernement à ce sujet ? », s’interrogent les membres de la PC. Une rencontre avec le ministre de l’Environnement, Deva Virahsawmy, est sollicitée en ce sens.
« Le gouvernement dit prôner l’idéologie Maurice Île Durable, poursuivra-t-il sa vision afin de privilégier l’utilisation de l’énergie renouvelable ? », se demande Fabiani Balisson, porte-parole. La PC craint le prolongement de la durée de vie de certaines centrales, si jamais la centrale à charbon de CT Power venait à voir le jour. « Certains opérateurs souhaitant investir dans le charbon à Maurice pourraient soulever cette question : “Pourquoi tel groupe a le droit de continuer d’opérer et pas nous ?” » Selon la PC, il est temps que le gouvernement demande aux opérateurs de réfléchir à d’autres alternatives pour la production énergétique afin de « mettre un terme à la pratique des centrales thermiques ». Et de renchérir : « C’est au gouvernement d’envisager autre chose avant 2025. »
À l’issue de la rencontre avec la presse, les membres de la PC se sont rendus au bureau du Premier ministre en vue d’y déposer une pétition comportant 6 000 signatures, lancée il y a plus de deux mois, ainsi qu’une lettre concernant leurs doléances. Une rencontre avec Navin Ramgoolam est par ailleurs sollicitée.
Pour rappel, Zaheer Allam (LEED), Fabiani Balisson, Georges Brelu-Brelu (Action civique de Pointe-aux-Sables) et Alain Nayna (Action Civique Albion Plage) militent contre l’implantation d’une centrale à charbon de 110 MWh à Pointe-aux-Caves dans la région d’Albion et à 400 mètres de Kensington Place (Pointe-aux-Sables). Pour la PC, la campagne de sensibilisation se poursuit. Prochaine région : Mahébourg.