Le rapport sur l’indice de productivité et de compétitivité de l’économie pour la période 2001 à 2010 a été publié hier par Statistics Mauritius. Il en ressort que qu’au cours de ces dix ans, le produit intérieur brut s’est accru par une moyenne annuelle de 4,3 %.
Le secteur manufacturier a progressé de 1,2 % par an alors que les entreprises du secteur de l’exportation ont connu une hausse de 1,0 % durant la même période. S’agissant de l’emploi de la main-d’oeuvre, cet item s’est accru par une moyenne annuelle de 1,3 % pour l’ensemble de l’économie, alors que les secteurs manufacturier et de l’exportation ont respectivement connu une baisse de 2,2 % et 4,7 %.
Durant cette période de dix ans, la productivité par tête d’employé a augmenté par 3,0 % sur le plan national. Sur le plan sectoriel, celui de la manufacture enregistre un taux légèrement plus élevé (3,6 %), tandis que les entreprises tournées vers l’exportation ont doublé leur taux de productivité par tête d’employé engagé pour atteindre 6,0 %.
Une analyse comparative sur les deux dernières années montre par ailleurs que l’année dernière l’économie du pays a enregistré une hausse de la productivité de la main-d’oeuvre de 3,7 %, soit un taux plus élevé que celui accusé en 2010, qui était de 1,9 %. En revanche, l’emploi de la main-d’oeuvre a régressé en 2011 comparé à 2010, soit une hausse de seulement 0,3 % contre 2,3%.
De même, le produit intérieur brut (PIB) était l’année dernière de 4,0 %, soit inférieur au taux de 4,2 % enregistré en 2010. En termes de « labour productivity », le secteur manufacturier a connu une croissance de 4,7 % en 2011, soit 1,4 % plus élevé qu’en 2010 (3,3 %), tandis que la croissance pour le secteur de l’exportation a fait un bond de 11,3 % l’année dernière contre 8,5 % en 2010.
Au chapitre du « capital input and capital productivity », le rapport de Statistics Mauritius (SM) que pour la période de 2001 à 2011, l’investissement en capital a progressé à un taux moyen annuel de 5,1 % pour l’ensemble de l’économie. Au plan sectoriel, cet item montre une hausse de 1,5 % dans la manufacture, alors que les entreprises tournées vers l’exportation ont enregistré une baisse de 0,2 %.
« However, because of low growth in output compared to capital input, capital productivity defined as the ratio of output to capital input, declined by 0.8% for the economy and 0.2% for Manufacturing. On the other hand, in the EOE sector, an annual growth rate of 1.2% was registered in capital productivity », indique le rapport de SM.
L’item « capital productivity » a chuté au cours des trois dernières années, avec une baisse consécutive de 0,8 % observée en 2011 à l’échelle nationale, alors qu’il était de 4,0 % pour le secteur manufacturier, comparée à un taux de 5,8 % en 2010. Le secteur de l’exportation a enregistré lui une hausse de 16,7 % en 2011, soit un taux légèrement moindre que celui de 2010 (16,9 %).
S’agissant de la compensation salariale accordée aux employés durant la période 2001 à 2010, l’on observe une hausse moyenne annuelle de 7,1 % pour l’ensemble de l’économie, de 8,5 % pour le secteur manufacturier et de 8,9 % pour celui de l’exportation.
À l’item « Unit Labour Cost », le rapport indique que « ULC defined as the remuneration of labour (compensation of employees) per unit of output, grew at an average annual rate of 4.0% for the total economy, 4.8% for Manufacturing and 2.8% for EOE, as a result of higher growths in average compensation of employees compared to labour productivity. […] In 2011, ULC for the economy increased by 3.9% compared to 1.8% in 2010. In Manufacturing, the growth in ULC in 2011 was nearly the same as 2010 (6.6%). In EOE, a decline of 1.2% was registered in 2011 against a growth of 0.5% in 2010 ».