« La State Trading Corporation et Betamax sont liés par un accord de confidentialité. » C’est ce qu’a révélé le ministre de l’Industrie Cader Sayed-Hossen à une interpellation de Reza Uteem hier au parlement. La clause en question stipule qu’aucun des deux parties ne peut publier quoi que ce soit dans la presse ou faire une annonce par rapport au pétrolier sans l’accord préalable de l’autre partie.
Cader Sayed-Hossen a fait comprendre que la State Trading Corporation (STC) a déjà approché Betamax afin de communiquer des informations sur le freight. La compagnie ne lui a cependant pas donné son autorisation.
Le ministre de l’Industrie a indiqué dans un esprit de transparence que la STC ne paie pas le fret sur une base quotidienne. « The contract with Betamax provides for an aggregate freight in a contract year during which some sixteen round trips are undertaken. The freight charges comprise bunker cost and port dues. Freight is payable on a trip basis for a total quantity of about 64 000 tons. »
Cader Sayed-Hossen a observé que, selon ses informations, le coût du fret, payable aujourd’hui, n’est pas moins favorable que ce que payait la STC auparavant. Le ministre a indiqué que les fluctuations concernant le prix du “bunker” en 2008/2009 étaient de 401 dollars par tonne métrique. Il est passé à 743 dollars en 2010/2011.
M. Sayed-Hossen a aussi indiqué qu’une fois les travaux de dragage dans le port terminés, un nouveau quai sera disponible. La STC sera en mesure d’avoir recours à un full tanker capacity, réduisant ainsi le coût du fret par tonne. « My ministry has received a written undertaking from Betamax Ltd. that it will offset the amount short-shipped once the dredging works are completed. »
Le leader de l’opposition Paul Bérenger a demandé au ministre de l’Industrie si la clause de confidentialité a été vue par le parquet. « Je suis confiant que la clause a été validée par le parquet », a répondu Cader Sayed-Hossen.
Pravind Jugnauth, pour sa part, a voulu savoir si le ministre est au courant que ce dossier n’est pas passé par le Public Procurement Board. Le ministre a demandé au leader du MSM d’évoquer la question. Interrogé sur le nombre de voyages que le pétrolier peut effectuer, le ministre a souhaité qu’il y ait une interpellation en ce sens.