La clause de force majeure n’a pas été invoquée à aucun moment concernant la fourniture de produits pétroliers par la Mangalore Refineries and Petroleum Ltd à la State Trading Corporation, a insisté le ministre de l’Industrie et du Commerce hier lors d’une conférence de presse à son bureau. Cader Sayed-Hossen a ainsi considéré qu’il n’y avait pas lieu de résilier le contrat de la raffinerie indienne en vue de lancer un appel d’offres international ouvert.
Tous les contrats concernant l’importation de produits sensibles comme le riz, le gaz ménager ou la farine sont assortis d’une clause de « force majeure » qui définit clairement les situations dans lesquelles les fournisseurs peuvent en suspendre la fourniture. C’est ce qu’a expliqué hier le ministre de l’Industrie et du Commerce Cader Sayed-Hossen. La déclaration de force majeure doit cependant être faite par écrit dans les 48 heures suivant l’émergence de la situation (catastrophe naturelle, grève…) forçant une suspension. C’est seulement après que les autorités concernées pourront arrêter son contrat et avoir recours à d’autres importateurs.
La Mangalore Refineries and Petroleum Ltd (MRPL) n’est ainsi pas concernée par cette mesure. Le ministre a donné l’assurance qu’après des discussions avec le ministre indien du Pétrole, la fourniture des produits pétroliers à Maurice par la MRPL sera maintenue et ce malgré la suspension des livraisons de cette compagnie auprès de tous ses clients. Cader Sayed-Hossen s’est dit à « 110 % certain » qu’aucun changement n’aura lieu dans la fourniture des produits pétroliers dans le pays. Il a aussi déclaré être d’autant plus rassuré que le contrat liant la State Trading Corporation (STC) à MRPL est un contrat d’État à État.
« C’est la raison pour laquelle j’ai trouvé triste et désolant la demande du leader de l’opposition de résilier le contrat de la STC avec la MRPL », a dit Cader Sayed-Hossen. Il a estimé que toute rupture de contrat avec l MRPL dans les circonstances actuelles pourrait entraîner des poursuites judiciaires. Le contrat de la STC avec la MRPL, a-t-il ajouté, repose sur la flexibilité, l’adaptabilité, la confiance et la sécurité. Il a rappelé qu’au cours des six dernières années, la STC a importé des produits pétroliers de la raffinerie indienne à des prix compétitifs.
Par ailleurs, la MRPL qui est équipée de technologies dernier cri, produit aussi bien de la “white oil” que de la “black oil” alors de nombreuses raffineries proposent essentiellement des “while oils” moins polluantes. De plus, la livraison de tous les types d’huile est effectuée dans le même port. Sur quelque 110 livraisons reçues par la STC, seules trois n’étaient pas conformes aux spécifications (une livraison du Jet A1 ne respectait pas les normes), ce qui représente un taux de succès 96,4 %.
Le ministre a précisé que la MRPL est la seule entité gouvernementale à pouvoir s’approvisionner à partir d’autres raffineries en Inde si le besoin se faisait sentir. Il est intéressant de noter qu’avec le fait que les deux organismes sont gouvernementaux, la STC a été en mesure d’obtenir des services plus avantageux à des taux plus compétitifs de la State Bank of India ou de la New India Assurance.
Cader Sayed-Hossen a aussi fait l’historique de la fourniture des produits pétroliers à Maurice. Il a relevé que la décision de s’approvisionner auprès de la MRPL fait suite à une décision des Premiers ministres indien et mauricien après la visite officielle de Navin Ramgoolam dans la Grande péninsule.
Maurice doit importer cette année quelque 1 345 000 tonnes de produits pétroliers de la MRPL, ce qui représente une augmentation de 15 % par rapport à 2011. Le contrat avec la raffinerie indienne arrive à terme en juillet 2013. On estime à 112 000 tonnes la livraison mensuelle dans le pays.
Actuellement, Maurice dispose d’un stock de 17 jours d’essence, 20 jours pour le Jet A1, 18 jours pour le “diesel 50 ppm” et 37 jours pour le “diesel 2500 ppm”. La prochaine livraison de la MRPL est prévue le mercredi 3 mai. Le MT Nicolai est attendu à Maurice jeudi avec une cargaison de produits pétroliers.