L’enquête initiée par le Central CID sur les actes de profanation au cimetière St-Jean, avec des photos à cet effet postées sur le réseau social Facebook, a débouché sur l’arrestation de trois jeunes habitant la région sud de l’île. Ce développement intervenu ce matin fait suite aux déclarations consignées, dont celle par l’administration du cimetière St-Jean, contre les auteurs de ces photos jugées choquantes et provocatrices pour la religion catholique. Un quatrième suspect, habitant L’Escalier, est également recherché par le Central CID.
En début d’après-midi, l’interrogatoire des suspects se déroulait toujours aux Casernes centrales en attendant une éventuelle inculpation provisoire.
Les informations disponibles de sources policières indiquent qu’une escouade du Central CID a été constituée en vue de procéder à l’arrestation des trois suspects, très tôt ce matin, à leurs domiciles respectifs. Ces habitants de Mare D’Albert, L’escalier et Rose-Belle ont été embarqués au QG du Central CID, aux Casernes centrales, où ils sont interrogés sur ces actes de profanation alléguée et sur les photos « choquantes » publiées sur le réseau social Facebook.
Dans la matinée les sources approchées tendaient à confirmer que les deux mineurs et le jeune homme de 19 ans pourraient faire face à une charge provisoire de « breach of the Information and Communication Technologies Act (ICTA) » et une autre de profanation de sépulture sous le Codee Pénal lors de leur comparution devant le tribunal de Rose-Hill cet après-midi.
Les trois suspects ont été placés en détention provisoire la police objectant à leur remise en liberté provisoire. Les deux mineurs, qui ont été interrigés en présence de leurs mères, sont détenus dans des cellules réservées pour adolescents au poste de police de Petite-Rivière.
Ces photos, montrant deux jeunes allongés sur des tombes du cimetière St-Jean et faisant des signes que l’évêché de Port-Louis qualifie de « profanation de la croix de ces tombes », suscitent une véritable indignation sur le réseau social depuis plusieurs jours. À la suite de leur publication, des commentaires et réactions des plus sévères de toutes les communautés confondues ont fusé sur Facebook. De son côté, l’évêché de Port-Louis a jugé nécessaire de faire sortir un communiqué pour dénoncer de tels actes afin qu’ils ne se reproduisent plus. « Les chrétiens de la paroisse Saint Jean et le diocèse catholique dans son ensemble ont été profondément choqués par la publication sur Facebook de photos provocatrices pour la religion catholique », a fait comprendre l’évêché.