Georges Chung, président de la Mauritius Professional Football League (MPFL), qui gère le football professionnel local, annonce qu’il pourrait revenir sur sa décision de délaisser le giron si les conditions sont réunies.
Pour bien comprendre le contexte, il s’agit de remonter dans le temps. Les clubs ont eu une saison pour présenter leurs différents projets. D’autre part, lors d’un brainstorming, les responsables des clubs avaient eu jusqu’au 15 août pour soumettre un plan directeur. Mais au 12 août, trois jours avant la date butoir, Georges Chung annonce la décision de se retirer. Dans la foulée, les clubs réagissent.
« Je ne les ai pas mis au pied du mur. Ils avaient un an pour mettre en place les structures nécessaires pour la pérennisation du projet », avance le président de la MPFL. Alors, pourquoi avoir mis pied à terre alors qu’il s’était personnellement investi dans l’avènement du football professionnel ? « Il n’y a pas eu de motivation ». Mais encore ? « Les équipes se contentaient de jouer au football sans jouer le jeu ».
Qu’entend-il par là ? « Il n’y a rien d’autre qui a été mis en place. Si l’on excepte l’APSL 2000 et La Cure Sylvester qui avaient leur fan-club, les autres équipes n’avaient rien. Est-ce si difficile ? » s’interroge le mécène.
Mais pourtant, l’envie de rester dans le giron est bien présente. Pour cela, il faut impérativement que les clubs laissent paraître de meilleures dispositions. « Il ne faut pas que le football soit l’affaire de la MPFL uniquement. Il faut que les 10 clubs se mettent au diapason. Quand on voit ce que La Cure Sylvester et l’ASPL 2000 ont accompli, avec un stade Saint François Xavier quasiment rempli, ce n’est pas plus difficile que cela ».
L’autre condition imposée relève cette fois du domaine de la formation. Il s’agit, pour chaque équipe, d’impliquer la région où elle se trouve à travers les écoles de football. « Le grassroot level est très important. Mais aucun club n’a pu mettre sur pied une section pour les plus jeunes ». Pourtant, le potentiel est là. « Il faut seulement que les équipes fassent la démonstration de leur volonté. Alors, oui, nous pourrons continuer ».
Et la Mauritius Football Association (MFA) dans tout ça ? Se contente-t-elle de jouer un rôle d’observateur ? Georges Chung botte en touche. « Je ne peux pas répondre à la question ».
Sa décision de se retirer des instances footballistiques a eu pour effet de réveiller les clubs de l’élite, qui ont soumis dans la foulée des projets. « On ne leur demandait pas la mer à boire, seulement de s’appliquer pour que leurs projets soient implémentés ».
Ce qui implique la partie théorique et la mise en pratique de ce qui a été écrit. Or, il a fallu que le mécène menace de se retirer pour voir tout le monde sortir de sa léthargie.
Cependant, une dernière question se pose. Y aura-t-il une deuxième saison de football professionnel ? « Oui. Moi-même j’attends la deuxième saison ». Ce qui implique que Georges Chung est disposé à rester, « mais à condition que tout le monde joue le jeu », conclut-il.