La Standard Bank of Mauritius poursuit son élan de solidarité sociale en faisant don de Rs 6 millions au financement des activités de son programme de Corporate and Social Responsibility (CSR). C’est ce qui a été annoncé lors d’un point de presse, vendredi matin, à Ébène.
Les activités couvriront principalement trois secteurs: l’éducation, la santé et l’environnement. «Nous souhaitons de tout coeur apporter notre contribution dans ces trois secteurs car nous pensons que ce sont les éléments-clés pour le bon développement de notre communauté”, explique Robin Veerapen, vice-chairman du CSR Committee.
Dans le secteur de l’éducation, la Standard Bank souhaite financer l’extension et l’amélioration du Centre pour l’Éducation et le Progrès des Enfants Handicapés (CEPEH) à Argy. 20 bourses additionnelles ont également été offertes à des étudiants de l’Université de Maurice. “Cette année, ils ne sont pas 10 mais 30 bénéficiaires de bourses d’études. À travers cette initiative, nous voulons donner la possibilité aux étudiants issus d’une famille à faibles revenus de poursuivre les études de leur choix”, dit Lakshman Bheenick, Chief Executive of Standard Bank. Divers projets à l’école St Jacques seront également financés, dont le don de chaussures, de mobiliers et d’aliments.
Sur le plan de la santé, la banque apportera son soutien au Centre Chrysalide à Bambous pour la réhabilitation des femmes victimes d’abus de drogue, ainsi qu’au Mouvement d’Aide à la maternité en faveur des femmes enceintes abandonnées. Elle parrainera aussi des activités de Link to Life qui milite contre le cancer et Ti Diams qui lutte contre le diabète de type 1. En ce qui concerne l’environnement, la Standard Bank continuera sur sa lancée en soutenant le Mauritius Wildlife Fund. Elle souhaite également financer un projet de la réserve naturelle de Grande Montagne à Rodrigues ainsi que l’Echo Parakeet Conservation à Maurice.
Par ailleurs, Lakshman Bheenick indique que suite aux inondations du 30 mars dernier, la banque est venue en aide à des sinistrés en faisant, notamment, un don à Caritas pour une allocation mensuelle à une femme ayant perdu son mari lors de cette catastrophe naturelle, ainsi qu’à une autre victime de Canal Dayot pour le remplacement de son équipement de travail.