Dans une lettre à la coalition Aret Kokin Nu Laplaz, le Senior Regional Advisor for Africa du Secrétariat International Ramsar, Paul Ouedrago, informe les écologistes qu’il se propose d’inviter la République de Maurice à accueillir une Ramsar Advisory Mission sur le Blue-Bay Marine Park. Cela dans le sillage de l’alerte qu’il a reçue de la coalition concernant la menace que la construction du projet hôtelier Le Chaland Resort Hotel fait peser sur le parc marin.
« J’ai bien reçu vos documents sur le Blue-Bay Marine Park (BBMP) à Maurice. Je vais les examiner, et je vais garder le point focal national de la Convention Ramsar de Maurice informé. Je vais ensuite revenir vers vous avec une proposition, qui comprendra, entre autres, une recommandation à Maurice d’accueillir une Ramsar Advisory Mission (RAM) sur le BBMP », écrit le Senior Regional Advisor for Africa du Secrétariat International Ramsar, Paul Ouedrago, dans sa lettre à la coalition Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL).
Quand le caractère écologique d’un site protégé par la Convention Ramsar est menacé (tout comme le BBMP avec le projet de construction d’un hôtel sur ses rivages), le pays partie de la convention peut inviter une Ramsar Advisory Mission (RAM) à venir enquêter pour trouver une solution pour restaurer le site. Entre 1988 et 2015, le mécanisme de la RAM a été appliqué à pas moins de 79 sites Ramsar à travers le monde.
« Les documents et autres rapports que vous m’avez envoyés me décrivent parfaitement la situation et touchent à plusieurs aspects. Nous allons donc nous servir de ces documents et rapports pour une « desk study » pour la RAM », a précisé Paul Ouedrago.
Ce dernier ajoute que sa proposition comprendra également une feuille de route pour examiner les mesures susceptibles de régler le problème. « Toutes les parties concernées doivent se mettre d’accord sur cette feuille de route avec un unique but : sauver le BBMP et restaurer ses caractéristiques écologiques », poursuit-il.
Dans une lettre en date du 25 octobre dernier à Paul Ouedrago, la coalition AKNL l’a informé « de la découverte d’informations cruciales sur le projet hôtelier planifié sur les rives du BBMP ». La coalition faisait référence au Heritage Impact Assessment (HIA) commandité par les promoteurs et réalisé par les consultants de Heritage Research Indian Ocean (HRIO), mais qui n’a pas été soumis aux autorités mauriciennes. « The hotel (called Le Chaland Resort Hotel) will have a destructive impact on sand dunes that are located right next to the BBMP. Also, the Promoter indeed intends to build not just a beach hotel, but an entire mini-city at the back, with residential units, shopping areas and office facilities. A unique in the world site is in danger : the paleontological site of Mare-aux-Songes, located 800 metres to the North of the hotel project. This site harbours fossil remains of the Dodo bird, preserved in its habitat, as well as other extinct flora and fauna. Mare-aux-Songes is a marshy area hydrologically connected to the BBMP », avait écrit la coalition.
Rappelons que dans une précédente lettre au point focal national de la Convention Ramsar de Maurice, le Senior Regional Advisor for Africa a expliqué qu’il s’apprêtait à placer le BBMP sous l’Article 3,2 de la convention. C’est un « avertissement » à l’effet que le caractère écologique du parc marin, inscrit sur la Liste Ramsar, est en train de changer. Cela en marge du projet hôtelier Le Chaland Resort du groupe Currimjee Jeewanjee.
Notons par ailleurs que la coalition AKNL a déposé hier une demande d’injonction réclamant l’arrêt immédiat des travaux sur le site du projet hôtelier au Chaland.