Dans le cadre de son programme CSR, la compagnie SETL Meeco a procédé à l’installation de panneaux photovoltaïque de type iKube F150 sur l’Île-aux-Aigrettes afin de pouvoir alimenter la station de la Mauritian Wildlife Foundation qui se trouve sur l’îlot, avec une puissance maximale de 3kW, soit de quoi alimenter 25 hectares du site. Une visite de l’installation a été proposée à la presse hier.
« SETL Meeco a voulu offrir tout un système photovoltaïque à la Mauritian Wildlife Foundation pour donner plus de facilités aux membres de l’équipe qui travaillent à l’Île-aux-Aigrettes. Certains employés logent sur l’île et il leur fallait un système adéquat pour leurs besoins quotidiens, pour se doucher, faire à manger en utilisant des ustensiles électriques, être en contact avec la famille ou le bureau à travers l’ordinateur ou le téléphone portable. Nous avons choisi le modèle iKube F150 pour l’Île-aux-Aigrettes car c’est un générateur photovoltaïque mobile prêt à l’usage. Ce modèle convient aux zones non couvertes par un réseau électrique et fonctionne même en l’absence de soleil puisqu’il contient des batteries. Grâce à ce modèle, l’Île-aux-Aigrettes devient autonome et pourra produire sa propre électricité », a souligné Philippe Genoud, Chief Operating Officer de SETL Meeco. Le modèle installé à l’Île-aux-Aigrettes, ajoute-t-il, convient parfaitement à cet environnement car il est compact et silencieux. L’iKube F150 est fabriqué à partir de cellules en silicium monocristallin et contient des batteries qui sont rechargées par le générateur d’énergie solaire. Certains des principaux atouts de ce modèle sont qu’il n’émet aucune fumée et que son système élimine tous frais de carburant.
Du côté de la Mauritian Wildlife Foundation, cette nouvelle installation tombe à pic pour répondre aux attentes des employés sur place. « Dès 1995, la station qui se trouve ici dans la réserve naturelle de l’Île-aux-Aigrettes avait son propre système d’énergie photovoltaïque. Aujourd’hui, ce système est dépassé car il ne répond plus à nos besoins actuels. Par exemple, la MWF se voit actuellement obligée d’importer des réfrigérateurs à gaz qui coûtent beaucoup plus cher que les réfrigérateurs conventionnels, car le système PV actuel n’est pas assez puissant pour alimenter ce genre d’appareil. Le nouveau système offert aujourd’hui par SETL Meeco alimentera toute la station de l’Île-aux-Aigrettes en énergie électrique et permettra d’opérer tous les équipements de la station, ce que l’ancien système ne pouvait plus faire », a déclaré Jean Hugues Gardenne, Fund Raising Manager de la MWF. La SETL Meeco a laissé entendre que ce projet avec la Mauritian Wildlife Foundation ne serait pas le dernier et que d’autres projets viendront à long terme.
Après une cérémonie protocolaire les membres de la Mauritian Wildlife Foundation ont proposé une petite visite des lieux afin de mieux comprendre leurs besoins d’avoir une station autonome. La visite de l’île était une découverte et un voyage dans le temps permettant d’imaginer Maurice il y a 400 ans. L’île, d’une superficie de 27 hectares, est située à 800 m au large de la côte sud-est de Mahébourg. Sur l’île, on trouve des plantes endémiques de Maurice, des reptiles, des oiseaux et des tortues en voie de disparition. « Nous avons fait en sorte de recréer l’île Maurice tel qu’elle était avant la venue des hommes. Il est très important pour nous de faire des fouilles et des patrouilles en permanence afin de nous assurer que les plantes, les oiseaux, les reptiles et les tortues se reproduisent. D’où l’importance de la station, où nous avons des personnes qui restent sur l’île afin de s’occuper du bon déroulement de toute l’action de la MWF », indique Jean Hugues Gardenne.