Photo illustration

Le projet de loi sur l’enseignement supérieur prévoit la création de trois nouveaux organes et l’abrogation de la loi sur la Commission de l’enseignement supérieur. « Notre secteur de l’enseignement supérieur doit être modernisé, il doit être réorganisé et surtout mieux répondre aux besoins émergents du pays, » a déclaré la ministre de l’éducation et des ressources humaines, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mme Leela Devi Dookun-Luchoomun, dans sa déclaration sur le projet de loi sur l’enseignement supérieur qui a été adopté par l’Assemblée nationale.

L’objectif est d’assurer la réorientation du système vers les principaux objectifs et domaines politiques en tenant compte de l’intention de positionner Maurice comme une destination privilégiée pour l’enseignement supérieur dans la région.

Le projet de loi propose la création de trois entités aux rôles bien définis et distincts :

  • Un Conseil consultatif de l’enseignement supérieur chargé de conseiller le Gouvernement sur les politiques d’orientation, de promotion et de développement efficaces de l’enseignement supérieur à Maurice ;
  • Une commission de l’enseignement supérieur chargée de surveiller la performance des établissements publics d’enseignement supérieur, y compris la mesure de leur performance par rapport aux résultats spécifiés ; et
  • Une Autorité d’Assurance Qualité ayant le pouvoir de faire des audits de qualité réguliers dans toute institution tertiaire opérant à Maurice.