La remise en chantier d’un projet IRS par Barachois Villas Company Ltd fait monter au créneau les habitants de la région qui craignent la destruction du barachois dans cette région. Dans une lettre envoyée aux autorités concernées et également au Premier ministre, Navin Ramgoolam, l’association Solidarité Anti-Pollution Ouest (SAPO), insistant qu’elle n’est pas contre le développement du village, lance une mise en garde contre toute destruction du barachois, nécessaire à l’écosystème marin et servant de réserve aux pêcheurs.”Napa détruire nu barachois”, disent-ils, réclamant que les autorités réfléchissent à deux fois avant de donner des permis.
Dans le cadre d’un projet IRS, dont la construction devrait démarrer en novembre 2014, Barachois Villas Co. Ltd se propose de construire un morcellement de 77 lots sur une superficie de 205,114 m2 à Tamarin. Si la plupart des lots de ce projet, qui inclut un club house et d’autres espaces de loisirs, se trouvent en retrait, on apprend que certains lots, dont la superficie varie entre 1,204 m2 à 3,098 m2, se trouvent sur la berge de la rivière Tamarin. C’est ce qui inquiète les habitants de la région qui craignent la destruction du barachois de Tamarin.
Faisant ressortir qu’en dépit de sa mise en garde il y a quelques années, des constructions ont vu le jour dans cette localité, l’association SAPO tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme afin que le barachois de Tamarin soit protégé. Karl Lamarque, porte-parole de l’association, explique ainsi que l’objectif n’est pas de contrer le développement dans la localité mais de préserver l’environnement. “Il est important que l’environnement autour du barachois soit protégé pour sauvegarder les arbres, les divers oiseaux migrateurs et la riche biodiversité aquatique du barachois”, soulignant que le barachois est important et que des constructions peuvent causer des dégâts irréversibles à la biodiversité.