Le projet Les Creolias, un complexe hôtelier à Calodyne, dont les promoteurs sont le groupe Harel et Attitude Resorts, suscite une vive inquiétude de la part des pêcheurs qui ne se sentent pas intégrés au tissu socio-économique, craignent des conséquences sur le plan écologique et envisage une action légale, après de nombreuses protestations, pour plus de transparence sur ce dossier. Au-delà de l’opposition « pêcheurs v/s promoteurs », les réseaux sociaux servent de leviers de mobilisation pour protéger le patrimoine mauricien. Une vidéo a été postée sur Dailymotion par Stephan Gua, un activiste social et des droits humains. L’heure est à la mobilisation citoyenne pour renforcer le combat (écrire à cares2@myfreeit.org). La vidéo peut être visionnée sur l’adresse suivante : http://www.dailymotion.com/video/xq7nz8_calodyne-ile-maurice-drame-les-c…. Elle fait le point sur la situation à Calodyne et soulève des questions par rapport au respect du libre accès au domaine public et à sa gestion, au comblage de la mer, à l’extraction du sable et au manque de consultation et de participation des habitants de la localité et du public en général, selon les doléances des pêcheurs. Nous avons interrogé Jason Harel, le promoteur du projet (absent dans le film) sur ces questions. Voici ses réponses.
En quoi consiste les travaux qui se déroulent actuellement à Calodyne?
J.H : Les travaux actuellement en cours consistent à un reprofilage et la réhabilitation du lagon comme proposés et acceptés afin de rehausser la biodiversité, mettre en place les conditions permettant une meilleure circulation de l’eau dans le lagon favorisant une recolonisation du lagon par la flore et la faune marines. Nous procédons de manière scientifique et avec les moyens technologiques de pointe à un désensablement et aussi à une augmentation de la profondeur du lagon. Cela permettra d’accroître l’oxygénation du lagon favorisant la vie marine.
Après les diverses manifestations des pêcheurs et autres personnes concernées, est-ce qu’il est possible de trouver une entente avec les pêcheurs qui affirment que leurs activités sont affectées par la construction de l’hôtel?
Il y a eu une visite du site des travaux à laquelle ont participé les personnes qui avaient une mauvaise conception de ce que nous sommes en train de faire sur place. Nous les avons accueillis et nous avons présenté en toute transparence les travaux et aussi les précautions que nous prenons afin de situer vraiment ce développement dans une perspective durable et de respect de l’environnement. Notre vision est de placer le développement des Creolias au coeur d’une dynamique de développement intégré et durable pour la région, les habitants et aussi les promoteurs et les clients à venir. Cela ne peut se faire sans s’assurer que tout le monde y trouve son compte dans le respect de l’environnement.
A-t-on pris en compte dans l’étude de faisabilité de l’élément de sensibilité du lieu et de la pression qui pourrait être exercée sur le lagon?
Dans le cadre des études préliminaires en vue du dépôt de la demande du permis EIA Carex Environment, une firme française de réputation internationale (aujourd’hui Ginger Environment), en collaboration avec Arup Sigma, a effectué un relevé environnemental exhaustif incluant la bathymétrie et la biodiversité en termes de flore et de faune dans le lagon en face du site de construction de l’hôtel. Cette étude, confirmée par des prélèvements effectués subséquemment par le Centre de Recherche d’Albion, a conclu à la pauvreté de la biodiversité du lagon du fait de son ensablement et du peu de profondeur. Ces caractéristiques plaidaient en faveur d’une réhabilitation du lagon, d’une amélioration de sa bathymétrique, ainsi que de la circulation de l’eau de mer et donc une meilleure oxygénation, plus propice au développement de la biodiversité marine de la flore comme de la faune. Les travaux actuellement en cours qui utilisent la toute dernière technologie disponible sont destinés à cette réhabilitation du lagon et vont en fait lui redonner vie. Il faut rajouter qu’ils se déroulent en conformité avec notre EIA licence et nous respectons strictement les conditions imposées par les autorités qui exercent un contrôle systématique dans le cadre de la réglementation en vigueur.
La vidéo qui a été postée sur Dailymotion pose les problèmes de comblage de lagon, d’extraction illégale de sable, d’empiétement sur le domaine public, d’atteinte aux loisirs des Mauriciens et d’absence de consultation des habitants. Vos réactions ?
La vidéo postée sur Dailymotion malheureusement ne donne pas la parole aux promoteurs et à ces nombreuses associations de riverains qui depuis plusieurs années ont entamé un dialogue constructif. Il n’y a pas de «comblage» du lagon comme allégué, mais en fait et in fine sa réhabilitation, une amélioration de l’environnement, de la faune et la flore marines au bénéfice, entre autres, du public mauricien qui aura comme il se doit accès à plusieurs plages que nous avons aménagées et qui vont procurer un espace de loisirs amélioré par rapport à avant. Précisons que ce type de travaux de réhabilitation du lagon et du reprofilage des plages est prévu dans certaines conditions par les textes et nous sommes en pleine conformité avec les conditions requises et mettons tout en oeuvre dans ce sens. Par rapport aux travaux effectués « dans le domaine public », ils sont expressément prévus et autorisés dans le cadre de l’Environmental Protection Act. Nous créons effectivement une plage dans un espace lagunaire qui a une biodiversité extrêmement pauvre… Les travaux actuellement en cours justifient l’implantation d’un établissement hôtelier de qualité et la création de pas moins de 400 emplois directs. Les travaux vont améliorer la biodiversité du fait que le désensablement du lagon permettra, grâce à sa profondeur accrue, de faciliter la circulation de l’eau et d’accroître sa teneur en oxygène.
Quelle a été la communication des promoteurs par rapport à ce dossier?
Depuis le début de la réflexion, il y a plusieurs années, sur ce projet, nous avons joué la carte du dialogue et de la transparence, communiqué avec les habitants, forces vives, associations, qui sont nos interlocuteurs, nos partenaires. Nous avons communiqué avec les décideurs, organisé des rencontres avec toutes les parties concernées, pêcheurs, associations féminines, conseil de village, de district, etc… Nous avons même organisé un job-fair afin d’informer la population des possibilités d’emploi et des filières intéressantes pour ceux qui seraient intéressés par une carrière dans l’hôtellerie. Nous avons dans le village un information centre qui canalise les demandes d’information et les attentes en matière de CSR.
Un rapport des autorités a fait mention dans le passé de la saturation du nombre d’hôtels à Maurice et de la pression exercée sur nos lagons. Vous avez tenu compte de la situation de nos lagons et du nombre de plages publiques déproclamées jusqu’ici?
Depuis 1997, nous notons un accroissement du nombre de touristes et l’objectif du gouvernement est d’atteindre d’ici quelques années le cap de 2 millions de touristes. Nous nous sommes engagés à investir dans un hôtel qui viendra compléter l’offre touristique du pays et sommes résolument confiants, même si le contexte actuel est assez contraignant. Par rapport au « respect de l’environnement et accroître la pression sur le lagon », nous sommes tout à fait conscients de notre responsabilité environnementale et en tant que promoteurs, nous n’avons aucun intérêt à faire cela, d’autant que nous sommes tout à fait en ligne avec le projet de Maurice Ile Durable du gouvernement et du Premier ministre. Dans une perspective de développement durable, nous nous devons de placer tout projet comme étant le point focal d’une dynamique de développement intégré au bénéfice de tous ses stakeholders. Et cela ne peut se faire que dans une perspective durable et dans le respect de l’environnement à tous les niveaux — biodiversité, économique, social et culturel.