Le projet de construction de 109 maisonnettes par la National Empowerment Foundation (NEF), initié par le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval à l’époque où il était ministre de l’Intégration sociale, démarrera le mois prochain. C’est la garantie qu’a donnée Suren Dayal, qui détient aujourd’hui le portefeuille, aux éventuels bénéficiaires de ces maisons.
Le ministre a fait cette déclaration lors d’une visite effectuée mercredi sur le site du projet. Étaient présents, outre M. Dayal, le VPM, la ministre Mireille Martin et les PPS Kalyanee Juggoo et Aurore Perraud, le Lord maire Mamade Kodabaccus, de même que des officiers de la NEF, du ministère du Logement et des Terres, du CEB, de la CWA, entre autres.
Xavier-Luc Duval a expliqué sa présence sur le site par le fait qu’il voulait « hand over » le projet à son successeur. Il a tenu à remercier son collègue ministre du Logement et des Terres Abu Kasenally pour avoir déjà alloué les 109 lots de terrain aux éventuels résidents. Bon nombre d’entre eux ont d’ailleurs déjà reçu leur Letter of Intent, essentielle pour les futurs occupants pour pouvoir être connectés aux réseaux assurant la fourniture d’eau et d’électricité.
« Nou lintansion se fer an sort ki zot ousi zot kapav viv parey kouma tou lezot sitwayin Moris », a dit M. Duval en s’adressant aux habitants du quartier, qui vivent dans des maisonnettes délabrées.
Les premiers travaux, qui débuteront en mars, concernent la mise en place des infrastructures, c’est-à-dire la construction de routes et l’installation des conduits d’eau, de même que les pylônes électriques.
Ces travaux seront complétés par un Housing Scheme, qui sera pratiquement identique à celui créé par le ministère de l’Intégration sociale pour Dubreuil.
Rappelons qu’à la fin de juin 2011, le ministère, à l’époque sous la responsabilité de Xavier Duval, avait lancé une opération nettoyage sur le site du projet. Il avait, par la suite, expliqué au Mauricien que « une des tâches de mon ministère est de démontrer que nous pouvons réhabiliter une région et qu’elle devienne un endroit où il fait bon vivre. Les habitants de Karo Kalyptis font face à divers problèmes et nous devons effectuer un travail comme nous l’avons fait dans les autres régions. Il faut donc un projet intégré qui prend en considération les enfants, la création d’une crèche, encourager les femmes à travailler, traiter les problèmes de société dont l’alcoolisme et la drogue et proposer un programme de placement et formation. »
Ce projet d’envergure avait été accueilli favorablement dans le camp des habitants. Critiqués à maintes reprises pour les fléaux, dont la drogue, qui touche cette localité, les habitants disent voir enfin le bout du tunnel avec ce projet qui leur permettra d’avoir une intégration sociale.
Comme les bénéficiaires des autres maisons construites par la NEF, ceux de Karo Kalyptis devront respecter à la lettre le contrat social qui les liera à la Fondation. Ce document fait état de certaines conditions dont les opportunités d’embauche, la scolarisation des enfants, le respect du voisinage et de l’environnement. En cas de non-respect d’une des conditions du contrat social, ils pourraient ne plus avoir droit aux programmes d’aide de la NEF.