Un peuple, une culture, le déracinement, l’exil, le désir de retour : 2019 sera marquée par Unrooted, le premier long métrage consacré à l’exil des Chagossiens, un film en gestation. Un projet purement mauricien, avec témoignages, acteurs, etc., au budget estimé à Rs 350 millions et au financement international pour un tournage à Maurice, Londres et Washington en 2018.
Ce projet a été imaginé et monté par Christian Comarmond (producteur de Capital Media) traite d’une histoire réelle et délicate : le déracinement des Chagossiens. En phase de préparation, de consultations, ce long métrage sera réalisé par un cinéaste étranger, selon les premières informations et bénéficiera de la collaboration technique et financière de producteurs australiens et singapouriens, sans compter du soutien des Mauriciens. Ce projet, nous dit-on, est l’aboutissement d’un long travail de développement, de recherche de partenaires et de prospection du marché international du film, depuis plus de deux ans. « Unrooted » (titre provisoire), est basé scénario écrit par Christian Comarmond, et prendra la forme d’un long métrage de fiction, mais inspiré de faits réels et d’un drame humain. La version originale sera en langue anglaise, afin de percer le marché international et en ligne avec la structure de production et de réalisation basée essentiellement sur des partenaires de pays anglophones. Mais pour plus de véracité et d’émotion, le créole sera aussi utilisé dans les dialogues avec sous-titrages. « Nous croyons fermement qu’il est important qu’un long métrage à distribution internationale qui rappelle et fera découvrir à la majorité des spectateurs étrangers le déracinement chagossien soit un projet mauricien à la base. Car ce sujet fait partie intégrante de l’histoire de Maurice et nous connaissons ici, depuis des décennies, le sort des Chagossiens suite à la décision des Britanniques. En tant que Mauriciens, nous offrons une perspective unique à ce problème en le traitant au cinéma, pour une visibilité internationale que nous espérons importante, grâce aux réseaux de distribution que nous allons toucher », déclare Christian Comarmond. Ce film donnera la chance à de nombreux Mauriciens de participer à la production d’un long métrage local, destiné au marché international et monté selon les normes internationales. Il mettra en lumière un sujet d’actualité.
 
Les faits
 
L’archipel des Chagos est composé de soixante-cinq îlots. Durant les années soixante, les pays colonisés se battent pour leur indépendance. A son tour, l’île Maurice revendique la sienne. Requête accordée le 12 mars 1968 par l’administration coloniale qui conserve en échange l’archipel des Chagos, désormais « Territoire britannique de l’océan Indien (BIOT) ». Cet archipel a ainsi été détaché du territoire mauricien en 1965 par les autorités coloniales britanniques. Cela, trois ans avant que l’île Maurice n’obtienne son indépendance. Diego Garcia, la plus grande île est l’une des plus importantes bases militaires de l’océan Indien depuis quarante ans et assure la sécurité des intérêts américains dans cette partie du monde. Ces soixante-cinq îlots discrets représentent un intérêt géostratégique indéniable pour lesAméricains. Plus connu sous le nom de son île principale, Diego Garcia, l’archipel a été mentionné lors de grands événements mondiaux : première guerre du Golfe (où sa base aéronavale américaine a servi pour les bombardiers), deuxième guerre du Golfe, tsunami (l’archipel a été épargné par le raz-de-marée), Guantanamo [des « prisonniers de la guerre » contre le terrorisme seraient détenus au secret à Diego Garcia]. Les Chagossiens déportés de ses îles natales se battent pour leurs droits. L’histoire des Chagos est un chapitre sombre de l’Histoire qui mérite d’être connue.
Le producteur exécutif australien Bryce Menzies, le Singapourien Gin Kai Chan, directeur de la maison de production et de financement cinématographiques Silver Media, et Jean-Claude de l’Estrac, personnalité mauricienne du monde des affaires, de la diplomatie et des médias, et auteur du livre « L’an prochain à Diego Garcia », participent au projet. Les éléments historiques et humains du scénario ont été bâtis sur des documents officiels et des témoignages, ainsi que sur le contenu du livre de Jean-Claude de l’Estrac. La participation du Chagos Refugee Group et de la UK Chagos Support Association a été sollicitée afin d’obtenir des informations supplémentaires.
Unrooted sera financé principalement par des producteurs étrangers et mauriciens et grâce au Mauritian Film Rebate. La réalisation du film mobilisera une équipe de 300 personnes, sous la direction d’un réalisateur étranger, dont la sélection est en cours de confirmation. 2018 verra l’intégration de nouveaux producteurs et la finalisation du casting mauricien et international du film. Christian Comarmond est réalisateur-producteur et fondateur de Capital Media en 2005, détient une Licence en Media Studies du Royal Melbourne Institute of Technology (Melbourne) avec spécialisation en réalisation et production cinématographique et télévisuelle. Bryce Menzies (producteur exécutif et conseiller légal) a déclaré : « Quand j’ai rencontré Christian Comarmond dans le cadre du Festival de Cannes, j’ai tout de suite été intéressé par le projet de Unrooted. C’est une histoire qui doit absolument être racontée. » Les autres partenaires du film sont aussi concernés par la vraie histoire des Chagossiens depuis leur déportation jusqu’au désir de retour au pays natal.