Vous êtes depuis quelques semaines à la tête du « projet Maurice Iles Durables ». Vous êtes maintenant à plein temps sur ce projet. Il était grand temps. Etant donné votre engagement dans ce domaine je suis certain que vous mesurez pleinement l’étendue et la complexité du chantier en cours. 
A travers des récents articles et portraits, la population a appris un certain nombre de choses sur votre personnalité, votre itinéraire personnel et professionnel, les idées qui vous travaillent et les valeurs qui vous animent. On a appris aussi que vous êtes un enfant de l’indépendance car vous êtes né en 1968. 43 ans après, à travers le projet MID, vous êtes appelé à être un des architectes de notre recherche pour l’indépendance énergétique, entre autres. Exaltante responsabilité !
Le « génie » – entendons par là l’ingénierie – est dans la famille. Votre trajectoire éducatif vous a conduit à Singapour où vous avez passé une dizaine d’années pour des études tertiaires et pour vos premières armes professionnelles. Cette période vous a sûrement été bénéfique. En sus de vous fournir une formation technique, le pays a dû être une bonne école pour l’inculcation de la quête de l’excellence dans le travail et de l’esprit d’ouverture nécessaire pour développer l’approche innovante qui permet de mieux penser et agir pour forger l’avenir.
Votre insistance dans vos récentes interventions, relayées par la presse, sur le fait que le projet MID est un projet de société et un modèle de développement mérite d’être soulignée. Votre formation d’ingénieur pouvait faire craindre le risque d’un « fétichisme technologique » de votre part dans la compréhension et la démarche du projet MID. Heureusement que tel n’est pas le cas. Il est tout aussi réconfortant de vous entendre dire que le Premier ministre a tenu à ajouter un autre E, soit l’Equité, aux autres E – Energie, Environnement, Education, Emploi – dans la réflexion sur le MID et qu’il a affirmé sa volonté de transformer le paysage économique et social du pays à travers ce projet.
Tout projet doit, pour avoir une chance de se matérialiser, disposer d’un driver (que vous êtes) et de doers. L’ambitieux mais nécessaire projet MID n’échappera pas à cette règle. Les 24 ateliers de travail qui se sont terminés récemment vous ont certainement permis de mesurer l’étendue du champ d’intervention, la complexité du chantier, les  potentialités dans les différents domaines, mais aussi les obstacles et blocages qui pourraient freiner le process. Les rapports provenant de ces ateliers vont sûrement vous faire voir où se situent les acteurs du changement de même que les forces de résistance.
Maintenant que les six rapports provenant des ateliers de travail ont été soumis, le projet MID entre dans une autre phase cruciale. Celle de l’élaboration par des consultants d’un plan d’action et d’un plan stratégique. A partir de maintenant, le driver que vous êtes sera amené à déployer toutes les qualités nécessaires pour piloter ce projet. D’abord dans l’identification des « doers » sur lesquels va dépendre le succès du projet, ensuite dans une stratégie de communication pour toucher tous les stakeholders – le monde des entreprises, les ONG et le monde associatif, les décideurs politiques, les institutions, les administrations centrales et locales, ainsi que le public en général – sur le bien fondé et la nécessité des initiatives allant dans le sens du MID.
Votre entrée en pleine fonction coïncide avec une période où l’échiquier politique est en effervescence après la cassure au sein de l’Alliance de l’Avenir, avec le passage du MSM dans l’opposition. Le MID est un de ces grands enjeux nationaux qui doivent échapper aux règles brutales de la politique partisane. Gageons que les leaders politiques sauront en prendre acte.
Le souhait le plus ardent que nous puissions faire, c’est que sous votre direction le « projet Maurice Iles Durables » fraîchement doté d’un contenu étoffé pour les prochains dix ans avance à un rythme approprié et selon un échéancier qui l’amènera à terme.