La transformation de la gare de Rose-Hill, Place Margéot, en un terminus urbain pour le projet Metro Express ne laisse pas indifférents les chauffeurs de taxi, qui s’accordent tous à dire que ni la mairie ni le gouvernement « ne nous ont donnés de détails quant à notre avenir » avec ce nouveau projet de transport en commun. Ils se résignent donc à continuer d’opérer Place Margéot avec, en tête, la possibilité d’être relocalisés pour faire place aux nouvelles infrastructures qui y seront construites. Les chauffeurs de taxi demeurent perplexes.
Sur la place des taxis, à la gare de Rose-Hill, les jours se suivent et se ressemblent. Les chauffeurs de taxi qui y opèrent s’évertuent à trouver des clients, et la tâche ne s’avère pas facile avec l’évolution du mode de transport en commun. Leur gagne-pain est aujourd’hui en jeu. Avec l’augmentation de la flotte de bus à la gare de Rose-Hill, les taximans ont de plus en plus de mal à subsister. De plus, ils déplorent qu’avec le projet Metro Express, qui pointe le bout de son nez, « notre situation ne fera qu’empirer ».
« Le Metro causera la perte des chauffeurs de taxi », soutient Prem, qui travaille Place Margéot depuis les années 80’. Ce dernier se dit « perplexe » quant à la situation des chauffeurs de la place des taxis. « Ziska ler, ek sa proze metro-la, nou pa ankor kone ki pou ariv nou. Nou pa ankor kone kot pou ale, ki pou fer, dan ki direksion bizin ale. Li kler ki avek sa proze-la, nou pou perdi ankor plis pasaze alor ki deza li pa fasil tou le zour. Nou kapav fini enn lazourne avek enn sel pasaze e li pa fasil kan ou ena enn fami. »
Pour d’autres, le travail continue, tout en attendant la décision des autorités. « Pa kapav anpes nouvo proze gouvernma ki pou develop ek moderniz pei, me pann ase pran an konsiderasion bann taxi ek bann bis. Bokou kapav pou perdi travay ek sa proze-la. Nou pa ankor kone si pou reloz nou ou si nou pou reste », déplore-il.
Le doyen de la place des taxis, qui compte plus de 50 ans dans le métier, est visiblement remonté par ce projet. « Pena plan kot pou met nou ! Pe fer plan an kasiet. Avan fer enn tel proze, ti bizin gagn lavi bann abitan Rose-Hill, Quatre-Bornes, Curepipe, Port-Louis. Aster, kan pou ena det pou peye, nou mem pou pey sa. Ena dimounn pe perdi zot lakaz akoz sa, malere pe soufer alor ki gouvernman nek pe pans profi ki zot pou fer », s’insurge-t-il.
Les employés de la compagnie Rose-Hill Transport sont eux aussi dans l’attente, espérant obtenir plus d’éclaircissements avec la réunion d’aujourd’hui entre les syndicats et le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha. « Il y a beaucoup de questions qui restent en suspens. Nous attendons les prochaines réunions afin d’y voir plus clair, et de là, nous verrons comment cela affectera la flotte d’autobus. C’est un projet d’une grande envergure qui va revoir le système de transport public. Il faut ainsi connaître tous les détails pour pouvoir procéder. Il y a aussi des consultations avec la NTA pour avoir plus de détails sur les routes qui seront utilisées par les bus », indique un responsable. En effet, des “feeder buses” seront utilisés pour transporter les passagers vers la nouvelle gare de Rose-Hill, où le Metro les attendra. Jusqu’à présent, il semblerait que toutes les parties concernées sont suspendues à la réunion d’aujourd’hui, qui devrait dissiper le flou.