Dans une lettre personnelle adressée à chaque ministre et député (du gouvernement comme de l’opposition) de l’Assemblée nationale, les opposants au projet de “Petroleum Hub”, à Albion, regroupés au sein du Kolektif Say No To Petroleum Hub, demandent à ces derniers de prendre « explicitement » position pour ou contre le projet et de rendre publiques les raisons de leur choix. Après leur conférence de presse hier au siège de la Fédération des travailleurs unis (FTU), Port-Louis, ils se sont rendus en tant que mandants à l’hôtel du gouvernement pour remettre les lettres à leurs députés.
« En tant que membre de l’Assemblée nationale et en tant que patriotes, il vous incombe de prendre toutes les mesures pour garantir aux résidents mauriciens, aux non-résidents et aux générations futures une vie meilleure et saine », rappellent les animateurs du Kolektif Say No To Petroleum Hub dans leur lettre adressée aux parlementaires. Ils leur rappellent que Maurice s’est engagée à promouvoir les énergies vertes afin de limiter la pollution, et ce en ligne avec l’accord de la COP21 (Accord de Paris), que le gouvernement mauricien a signé et ratifié, ainsi que tous les protocoles qui en découlent. « Maintenant, je voudrais que vous nous expliquiez explicitement votre position sur cette question », insistent les protestataires. « Si vous êtes en faveur du projet, qui comprend une jetée, le “bunkering” et stockage, veuillez expliquer par écrit les avantages dont bénéficieront les Mauriciens en termes d’emplois, de revenus, de santé et d’environnement sur les court, moyen et long termes. De même, veuillez nous confirmer qu’une étude de fiabilité et une évaluation des risques (santé, environnement, marées noires, tourisme, pêches, emplois, économie, etc) ont été effectuées. Si oui, veuillez le communiquer et rendez publiques les conclusions des rapports relatifs », peut-on encore lire dans la lettre.
« Si vous êtes contre le projet ou contre tout autre projet d’énergie fossile, veuillez, par écrit, nous signifier votre soutien et venez joindre vos forces à celles de tous les opposants dans ou en dehors de l’Assemblée nationale pour l’avenir de nos enfants », poursuivent les opposants. « La décision de nous soutenir ou pas vous revient. Cependant, l’histoire se souviendra de vous, soit comme quelqu’un qui aura participé à la destruction des rêves et de la santé de nos enfants, soit comme celui qui aura contribué à sauver notre pays bien-aimé de la plus grande menace de tous les temps. »
Ivor Tan Yan, porte-parole du Kolektif, a réitéré la volonté de faire inscrire Pointe-aux-Caves et son phare sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, afin de mieux les protéger pour les générations futures. « C’est l’État qui entreprend les démarches. C’est pour cela que nous voulons sensibiliser les parlementaires à cette noble cause car c’est eux qui prendront la décision en leur âme et conscience. Nous avons donc besoin de leur soutien », a-t-il expliqué.
Interrogé quant à la position du Kolektif au cas où aucun parlementaire ne réagirait à la lettre, Ivor Tan Yan a déclaré : « S’il ne nous envoie même pas un accusé de réception, ce serait, au mieux, la preuve de leur manque de bonnes manières. Au pire, ce serait une indication du mépris qu’ils ont pour ceux qui ont voté pour eux et qu’ils sont censés représenter à l’Assemblée nationale. » Il poursuit : « Pour nous, le choix est simple. D’un côté, il y a notre projet de préservation pour les générations futures, un patrimoine naturel qui, selon les chiffres de l’Unesco, attire 20% de touristes en plus, tout en ayant l’option de développer l’énergie des vagues ou l’énergie éolienne dans cette région d’Albion. De l’autre, la dégradation certaine d’un site d’une valeur touristique exceptionnelle pour des gains à court terme, car d’ici une cinquantaine d’années, l’énergie fossile sera complètement dépassée et obsolète. C’est choisir entre le passé et l’avenir ! Et là, nous ne parlons pas de l’impact d’un Petroleum Hub sur la santé des habitants d’Albion et sur la valeur foncière de leur propriété. »
José Bax, autre membre du Kolektif, a de son côté élaboré sur « les menaces » du projet de Petroleum Hub sur la santé publique, la pêche, le tourisme et l’environnement, notamment une marée noire, fuite et vol de pétrole et collision de navires. « Sommes-nous équipés et formés à faire face aux conséquences désastreuses d’une unique catastrophe écologique, aussi petite soit-elle ? Cela sans compter la dégradation sanitaire et environnementale qui s’en suivrait ? » s’est-il demandé. Si le personnel du secrétariat de la Speaker a refusé de prendre les lettres pour les distribuer aux parlementaires, les préposés au bureau du Premier ministre ont pris celles destinées à Pravind Jugnauth et certains parlementaires, à l’instar du député Rajesh Bhagwan, pour les remettre à leurs collègues de parti.