Les jeunes de Bois-Marchand sont heureux d'apporter leur contribution au projet

Le projet communautaire « Revey Twa Bwa-Marsan Pou Nou Fierte », qui a vu le jour en 2017, a pour but de regrouper cinq projets basés sur les besoins de la communauté. Parmi eux, le projet “Zenn”, qui a été démarqué par des jeunes de Bois-Marchand ayant apporté des couleurs à leur endroit, et ce en peignant des fresques murales. Rencontre avec la petite équipe, avec à la tête un des coordinateurs du projet, Nicholas Florine, Social Worker and Community Liaison Officer de la Fondation Joseph Lagesse.

Ils étaient une dizaine d’adolescents dans la cour de la communauté Bois-Marchand hier après-midi à réaliser des projets pour la fête de Noël. Pendant que Kenza, 13 ans, rêve d’avoir un portable, Emilio, lui, parle de voiture téléguidée. Ce dernier et Adrien, qui prennent la pause, font partie d’un groupe, Tiloto, qui a pour ambition de sortir pour Noël un album composé notamment de Leker brize et Lamour konplike, deux morceaux déjà publiés sur YouTube.

Un silence plane lors des questions-réponses mais bien vite le sourire revient quand Nicholas Florine donne le ton. C’est lui qui a eu l’idée de concevoir le projet “Zenn”. « C’est un projet monté par la Fondation Lagesse avec pour axe central de mettre en avant les habitants de Bois-Marchand », dit Nicholas Florine. Épaulé par Evan Sohun, artiste qui a travaillé sur les divers ateliers du projet, Nicholas parle de cette ambiance qui a primé lorsqu’il a fallu redessiner Bois-Marchand. « La première phase de ce projet, qui a été réalisé entre mars et septembre dernier, comportait trois autres phases distinctes, à savoir l’aspect artistique, les “Junior Life Skills” et l’orientation vers les métiers. Cela a été établi en vue de favoriser l’insertion des jeunes dans la société », a-t-il expliqué. La phase 2 du projet comporte un programme portant sur le “life skills” adapté aux adolescents.

La première phase “Redessinons Bois-Marchand” a pris ses marques en avril, avec une trentaine de participants réguliers, dont une quinzaine à temps partiel et 13 ayant contribué pendant au moins trois sessions. Le projet, qui a touché au total 58 jeunes de 12 à 17 ans, a pour objectifs de valoriser le quartier de Bois-Marchand, de faire que les habitants soient fiers de leurs lieux de vie, de leur faire prendre conscience de son potentiel culturel et artistique et, finalement, de construire avec eux un sentiment général d’appartenance, de positivité et de fierté. « Pendant six mois, les enfants se sont investis dans un atelier de dessin et un mois sur la fresque murale, un projet communautaire qui figurait dans le volet artistique des jeunes. Le rendez-vous était pris tous les samedis entre 14h et 16h30 au Complexe éducatif de Bois-Marchand », indique Nicholas.

Par ailleurs, il ajoute que les trois jours d’ateliers ont mené à la réalisation des fresques murales réalisées sur une boutique au cœur du quartier de Bois-Marchand et sur deux abribus du terminus de l’endroit. Un atelier, qui a favorisé un espace de rencontre et de resserrement de liens. Anastacia, 19 ans, parle de cette ébauche du travail comme un tremplin qui a généré une des activités de loisirs portant sur la peinture. « Ce sont des projets qui ont permis à ces jeunes de mieux développer leur personnalité et leur esprit créatif, tout en générant chez eux une forme de confiance en soi », dit-elle. Emilio, lui, parle de découverte de ses aptitudes dans le dessin. « On nous a rassemblés en vue de créer. Je n’ai non seulement dessiné et peint mais j’ai aussi créé mon groupe Tiloto. Nous travaillons sur un album séga-zouk qui sortira pour Noël. Ces activités mises en place par la Fondation Lagesse nous permettent de ne pas sombrer dans les fléaux comme la drogue », dit-il.