Les préparatifs s’accélèrent dans la mise en place d’un tribunal pour juger les pirates présumés qui sévissent dans l’océan Indien et d’une prison spécialement aménagée à cet effet. Alan Cole, haut officier de la United Nations Organisation against Drugs and Crime (UNODC) est de retour à Maurice pour une série de réunions de travail avec des représentants du judiciaire, de la police et des prisons mauriciennes.
C’est en février dernier, que M. Cole avait effectué un séjour au pays en compagnie de quatre autres officiers de la United Nations Organisation against Drugs and Crime (UNODC). Il avait alors visité la prison de Petit-Verger, identifiée pour accueillir une aile dédiée à la détention de pirates. Le haut officier de la UNODC qui doit rencontrer le Premier ministre Navin Ramgoolam, aura également des sessions de travail dans la matinée avec le ministre des Affaires Étrangères, Arvin Boolell, ainsi qu’avec le Solicitor General, Dhiren Dabee, et en début d’après-midi avec le Directeur des Poursuites publiques, Ajit Boolell. D’autres rencontres sont prévues durant la semaine, notamment avec le Commissaire de Police, Dhun Iswar Rampersad, et le Commissaire de Prisons, Jean Bruneau, le Master & Registrar de la Cour Suprême, Pritiviraj Fekna, alors qu’une session de travail élargie avec le ministre de la Justice, Yatin Varma, est également au programme. Elle réunira entre autres le Permanent Secretary du Bureau du Premier ministre, des représentants de l’Union européenne, du ministère des Infrastructures publiques, des Affaires Étrangères, des Prisons et du DPP.
Rappelons qu’un projet de loi, The Piracy Bill, actuellement en préparation au State Law Office, prévoit que ce tribunal sera présidé par un juge mauricien. Par ailleurs, deux accords ont été signés par Maurice le 14 juillet dernier. Il s’agit de The Eu-Mauritius Transfer Agreement of Suspected Pirates, paraphé par Kan Oye Fong Weng-Poorun, Secrétaire Permanent aux Affaires intérieures du Bureau du Premier ministre et le Chef de la Délégation de l’Union européenne à Maurice, Alessandro Mariani. Cet accord définit les conditions et modalités de transfert des présumés pirates dans la zone d’opération de la Force navale de l’UE (EUNAFOR) située au large de Madagascar, des Comores, des Seychelles et de la Réunion. Cette convention est assortie de deux programmes d’assistance financière de l’UE en partenariat avec l’UNODC, l’un de Rs 120 millions (3 millions d’euros) et une subvention supplémentaire de Rs 43,2 millions (1,08 millions euros) financée via l’Instrument for Stability de l’Union européenne.
Ce dernier addendum au programme indicatif avait été signé entre M. Mariani et l’ancien ministre des Finances, Pravind Jugnauth, aujourd’hui passé dans l’opposition parlementaire. Rappelons que l’opposition MMM avait exprimé ses réserves concernant la capacité infrastructurelle, les moyens militaires et les compétences, entre autres, de Maurice d’accueillir un tel projet de tribunal et de prison pour les pirates sur notre sol.