Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, qualifie de “dangereux dérapage” le projet du gouvernement de changer les attributions de la Financial Intelligence Unit (FIU).  Il  situe la démarche visant à “dénaturer” les fonctions d’agence de renseignements sur le crime économique de ce service dans le contexte du scandale des Ponzi Schemes “tolérés par le gouvernement”. “L’Histoire retiendra si le ministre des Finances aura fait preuve de prudence et de sérieux sur ce dossier et sur d’autres dossiers difficiles engageant sa responsabilité”, déclare le chef de l’opposition qui dit espérer que Xavier Duval soit “à l’écoute”.
Paul Bérenger appelle à la prudence le ministre des Finances, Xavier Duval, par rapport à certaines dispositions des deux projets de loi que le Grand Argentier pilotera, mardi à l’Assemblée nationale, à savoir, le Finance Bill et l’Economic and Financial Measures (miscellaneous) Bill. Il qualifie, ainsi, de “dangereux dérapage” les nouvelles attributions que le gouvernement entend confier à la Financial Intelligence Unit (FIU). Le leader de l’opposition juge que l’on veut “dénaturer”les fonctions de cette agence créée en vue de faire de “l’intelligence gathering” dans la lutte contre la fraude et le blanchiment d’argent en faisant d’elle “une autre Independent Commission Against Corruption (ICAC) ou une autre Asset Recovery Unit”.
Paul Bérenger rappelle que c’est quand le MMM était au pouvoir entre 2000 et 2005 que l’architecture de la FIU a été conçue à partir de l’expérience étrangère en matière de collecte de renseignements sur le crime économique. Il situe la démarche en cours dans le contexte du scandale des Ponzi Schemes “tolérés par le gouvernement”. Alors que, argue-t-il, l’on veut faire croire que les autorités n’avaient pas les moyens de prévenir ces crimes, c’est, selon le leader de l’opposition, la Banque de Maurice (BoM) qui, affirme-t-il, dispose, déjà, des moyens pour prévenir la mise en place de Ponzi Schemes. “La BoM n’a pas fait son travail”, selon lui.