Après les plages, place maintenant au bétonnage des espaces verts. Au grand dam des habitués de la Promenade Père Laval, à Vacoas-Phoenix, vis-à-vis du terrain de golf du Gymkhana Club. Une véritable agression à la nature.
À l’initiative de la municipalité, un mur de l’horreur se dessine depuis quelques jours à la Promenade Père Laval. Cet espace verdoyant, qui appelle à la contemplation pour ceux transitant de la rue Palmerstone vers St-Paul-Vacoas, bordé par une rivière splendide, d’un côté et, de l’autre, par le terrain de de golf du Gymkhana, s’est enlaidi par une construction bétonnée, qui fera place, selon les informations, à un « mini soccer club ». Certes, cet espace est souvent le terrain de jeu de nombreux amateurs de football, enfants comme adultes, qui y passent leurs après-midi et les dimanches.
Si le petit jardin d’enfants aménagé avec quelques toboggans, un peu plus loin sur la plaine, a sa raison d’être, surtout que de nombreux habitués aiment s’y installer à l’ombre des arbres pour un moment agréable en famille ou entre amis, dans la verdure de la nature, le Mini Soccer Club, qui devrait être, selon les informations, un carré muré de béton à hauteur de la taille, supplanté par une clôture, détonne totalement avec la beauté du site. Avec la nouvelle construction, à l’initiative de la municipalité de VacoasPhoenix, aussi responsable pour l’octroi des permis de construction, cet espace vert a perdu ses atouts.
Le béton a supplanté le gazon, comme le dénonçait déjà Week-End le 14 mai dernier. Une véritable agression et surtout une dégradation du paysage. À se demander l’intérêt que portent nos élus à l’environnement et à la nature. Tenant compte que la rivière plus loin est souvent en crue en temps de pluie, d’aucuns s’interrogent sur les mesures qui ont été prises pour s’assurer que cette construction ne vienne pas freiner le cours des eaux en période de grosses averses, renvoyant l’eau de la rivière vers les maisons situées en bordure et provoquant ainsi une inondation.
Jusqu’ici, les habitants de la région indiquent n’avoir vu aucun panneau concernant une demande de permis quelconque à ce sujet. Les travaux ont soudainement démarré il y a trois semaines. Si jusqu’ici personne n’a eu l’occasion d’élever la voix, il n’est pas trop tard pour que la municipalité réagisse et enlève ce mur de l’horreur, estiment les défenseurs de l’environnement. « Si la municipalité de Vacoas-Phoenix veut bien faire, il existe d’autres espaces, dans la localité, où un mini soccer club peut être érigé sans déranger les habitants et surtout sans agresser la nature », disent les militants de l’environnement, qui insistent pour que cet espace demeure au naturel.