Jean Clency Bibi : « Un silence total sur la compensation salariale et l’économie bleue ».

Les promesses électorales des leaders des partis politiques agacent la General Workers Federation (GWF). Selon son président, Jean Clency Bibi, « la situation est alarmante ». Car les leaders politiques se sont lancés dans une course et « sont prêts à tout » pour remporter les élections, dit-il. D’où les nombreuses promesses faites lors des meetings et congrès. Sauf que, selon Jean Clency Bibi, « des problèmes plus sérieux sont carrément ignorés », comme la compensation salariale, le développement de l’économie bleue et la réforme de l’enseignement supérieur.

Selon le président de la GWF, les congrès et les meetings sont axés sur tout, sauf les points nécessaires. « Les leaders ainsi que les candidats des différents partis politiques font toutes sortes de promesses pour embêter les électeurs. Leur seul objectif, c’est de convaincre la population de voter pour eux. Pravind Jugnauth promet d’augmenter la pension de vieillesse alors que son adversaire, Navin Ramgoolam, parle d’une baisse du gaz ménager. Mais il y a des choses encore plus importantes à évoquer », a déclaré Jean Clency Bibi.

Ce dernier a déploré qu’aucun des leaders des partis politiques ne parle des problèmes sociaux, notamment des mesures pour les combattre. « À ce jour, je n’ai entendu aucun débat de société. On ne dit rien sur la réforme éducative au niveau supérieur. Actuellement, les études supérieures disponibles à Maurice ne correspondent plus au développement du pays. Nombreux sont les jeunes à aller à l’université et en sortent avec un diplôme. Mais au final, ils se retrouvent au chômage. Il est temps de revoir le système à Maurice », a souligné le président de la fédération.
Et d’ajouter que la privatisation des organisations a toujours fait débat sous le gouvernement PTr puis sous celui de Lepep. « C’est un problème sérieux à prendre en considération mais aucun des partis politiques n’a jugé important de l’ajouter dans son manifeste électoral, qu’il soit en faveur ou pas. Idem pour l’économie bleue qui est l’un des secteurs phares pour l’économie de Maurice. Personne ne s’intéresse au développement marin », a-t-il fait ressortir.

Le plus important, a poursuivi Jean Clency Bibi, demeure la compensation salariale. « Normalement, en cette période de l’année, les consultations dans le cadre de la compensation salariale auraient dû avoir lieu. Nous comprenons que la campagne électorale batte son plein et que les leaders aient un emploi du temps chargé. Toutefois, ils auraient pu au moins donner une idée de la somme prévue en janvier lors de leur congrès et meetings. Mais c’est le silence total », a-t-il dit.

Et Jean Clency Bibi de préciser que les leaders des partis politiques ne s’attaquent pas aux problèmes sérieux. « Ils se sont lancés dans une course pour gagner les prochaines élections. Ils ne font que des promesses pour vaincre leurs adversaires mais ignorent les problèmes réels auxquels la société fait face », a-t-il conclu.