Après l’arrestation lundi d’un individu par la CID de Terre-Rouge, le ministère du Travail lance une nouvelle mise en garde contre certains individus qui se servent des noms des ministres et d’autres membres du gouvernement pour des promesses de travail contre le paiement d’une somme d’argent. Le ministère rappelle qu’il s’agit d’un délit passible de poursuites criminelles.
Lundi, un habitant de Pamplemousses, âgé de 30 ans, a été arrêté à son domicile par la Central Investigation Division (CID) de Terre-Rouge. Au début du mois de janvier, il avait réclamé une somme de Rs 5 000 à un autre habitant de sa localité à qui avait promis de lui obtenir un emploi, cela sans passer par les procédures de recrutement, prétendant qu’il était très proche de certains membres du gouvernement. Suite à son arrestation, il a été traduit lundi après-midi au tribunal de Pamplemousses pour escroquerie. La police a par ailleurs objecté à sa remise en liberté sous caution.
Le ministre du Travail, des Relations industrielles, de l’Emploi et de la Formation, Soodesh Callichurn, avait émis une mise en garde contre les tentatives d’escroquerie de la part d’individus réclamant de l’argent contre des promesses d’emploi. Le ministre précise que personne n’a le droit de réclamer de l’argent pour recruter ou faciliter un recrutement. Il en est de même pour les emplois disponibles à l’étranger, à travers la migration circulaire. Soodesh Callichurn met en garde le public contre des faux agents recruteurs qui ne cherchent qu’à profiter du manque de connaissance de certains de nos citoyens en matière de migration à l’étranger.
Soodesh Callichurn réitère l’invitation à ceux qui ont été victimes de ce genre d’escroquerie à dénoncer les responsables aux autorités compétentes. La police, de son côté, poursuit son enquête pour déterminer s’il n’y a pas eu d’autres victimes de ce cas d’escroquerie.