Le commissaire de police Mario Nobin avance que sauf imprévu, il a l’intention de rester à son siège jusqu’à sa retraite en septembre 2019. « Depuis le premier jour que j’ai pris ce poste, on ne cesse de réclamer ma démission », a-t-il soutenu lors d’une cérémonie aux Casernes centrales mercredi, lors de laquelle les nouveaux inspecteurs et sergents ont reçu leur lettre de confirmation après une période d’initiation d’un an.
Répondant aux sollicitations des médias, le CP a insisté qu’il prend ses décisions en toute indépendance, balayant les affirmations de ses détracteurs à l’effet qu’il reçoit des ordres d’« en haut lieu ». « Mo bann actions, mo prend li en toute indépendance. Mo au-dessus de sa bann mêlées la ». Mario Nobin avance qu’il assume ses fonctions « en toute honnêteté et intégrité ». Revenant sur la permutation dans la hiérarchie de la police après les incidents survenus à Barkly et La Butte où la police a été critiquée pour avoir démoli les structures de certaines habitations pour faire place au Metro Express et causé le départ en hâte de certains ministres Lepep à une réunion avec les habitants, le CP évoque plutôt une révision de sa stratégie. « J’ai fait ces changements pour apporter un boost au niveau de l’ordre et la paix afin de satisfaire les attentes de la population. Cette permutation n’est pas liée aux événements de Barkly et La Butte. Si ena bann kritik konstruktiv, nou pou tire bann leçon et apporte bann changement approprié ».
La cérémonie de promotion a débuté avec une parade des 170 Trainee Inspectors et 369 Police Sergeants, sous les yeux de leurs proches, invités spécialement pour l’occasion. Dans son discours, Mario Nobin a fait comprendre aux promus qu’ils doivent avoir « une conduite impeccable et irréprochable » dans leurs fonctions. « Vous devez gagner le respect de chaque citoyen », a déclaré le CP. Par la suite, ils ont été appelés à signer leur lettre de confirmation pour assumer officiellement leurs nouveaux rangs. Cependant, certains policiers ont signé leur lettre « under protest ». L’inspecteur Jaylall Boojhawon, nouveau promu et également président de la Police Officers Solidarity Union (POSU), explique que leur lettre ne fait aucune mention de la date où ces policiers ont assumé leurs nouvelles fonctions, soit en mars/avril 2016. À l’époque, ils avaient eu confirmation de leur promotion après la proclamation des résultats. « Nous avons travaillé sous un salaire inférieur à notre rang pendant un an et demi, et le bureau du commissaire de police ne nous a pas confirmé s’il compte régler nos arrérages ». La POSU compte porter l’affaire en justice si le nécessaire n’est pas fait dans les plus brefs délais.