La Chambre de commerce et d’industrie France Maurice (CCIFM) et le Board of Investment (BoI) ont officialisé hier soir, au Henessy Park Hotel, Ébène, un accord pour une coopération approfondie dans le domaine de la promotion des investissements et du climat d’affaires à Maurice.
Paraphé par Catherine Dubreuil Mitaine, présidente de la CCIFM, et Ken Poonoosamy, directeur général du BoI, cet accord porte entre autres sur l’échange d’informations entre les deux instances sur les opportunités d’investissement, une collaboration étroite en matière d’organisation et de réception des délégations d’hommes d’affaires, et la participation conjointe des deux organisations à des missions promotionnelles dans des pays tiers. « Le BoI et la CCIFM travaillent main dans la main depuis quelque temps déjà. Nous voulons maintenant passer à une étape supérieure de cette collaboration », a déclaré Catherine Dubreuil-Mitaine. Selon cette dernière, beaucoup d’efforts sont déployés par la CCIFM pour développer des synergies, non seulement avec le BoI, mais également avec Enterprise Mauritius, pour ce qui est de la promotion des exportations. Elle s’est réjoui de la participation du BoI aux dernières Rencontres du développement durable Maurice-Réunion.
« Nous voulons sortir du périmètre francophone-francophile. La CCIFM comprend avant tout des entreprises mauriciennes. Nous pourrons envisager d’aller ensemble avec le BoI sur des missions de prospection dans d’autres pays », a déclaré la présidente de la CCIFM. Catherine Dubreuil-Mitaine a souhaité qu’il y ait « une réflexion en profondeur » sur les secteurs porteurs d’investissement et à l’organisation d’une mission conjointe CCIFM-BoI à Paris en fin d’année.
Ken Poonoosamy, lui, a mis l’accent sur un dialogue « continu et franc » avec les opérateurs économiques du privé afin que les autorités puissent répondre aux attentes de ces derniers en matière de facilitation des affaires. Il a laissé entendre que l’adoption récente du Business Facilitation Bill « n’est qu’un début » et que les autorités ont bien l’intention d’améliorer davantage le cadre des affaires.
Parlant des relations économiques entre la France et Maurice, le directeur général du BoI a rappelé que la France a été le plus gros pourvoyeur d’investissements directs étrangers à Maurice en 2016 avec un montant de l’ordre de Rs 4,5 milliards. Et de noter que 200 entreprises françaises (et réunionnaises) sont implantées chez nous, lesquelles emploient quelque 13 000 personnes. Par ailleurs, la France est un important marché à l’exportation, soit 13,6% de la valeur totale de nos exportations en 2016. Quant au nombre de citoyens français détenteurs d’un « occupation permit », ils sont environ 2 000.
Par ailleurs, en préambule de l’édition 2017 de l’annuaire des membres de la CCIFM, publication coïncidant avec le 10e anniversaire de l’organisation, l’ambassadeur de France à Maurice, Gilles Huberson, évoque la vitalité des relations économiques entre la France et Maurice et le « dynamisme de la communauté d’affaires liée à notre pays ». Il souligne que le groupe Agence française de développement est l’un des tout premiers bailleurs de fonds bilatéral de Maurice avec plus de 400 millions d’euros d’engagements. Outre le rôle important de la France au niveau des échanges commerciaux, Gilles Huberson observe que ce pays est « de loin » le premier pourvoyeur de touristes de Maurice.