Pour attirer les touristes, Maurice doit diversifier son offre. Et cette diversification doit concerner tous les segments qui touchent au tourisme. C’est la nouvelle stratégie que prône la MTPA qui estime que les opérateurs, dont les hôteliers doivent mettre en place des moyens pour prolonger le passage des touristes sur notre sol. C’est ce qu’a fait ressortir le président de la MTPA, Robert Desvaux en début de la semaine dernière, lors d’une conférence de presse annonçant la tenue du Kite Surf Pro World Championship Tour actuellement, et jusqu’au 16 septembre, au point One Eye, au Morne. Cet événement selon la MTPA, est une des opportunités à exploiter, en terme de diversification de produits offerts pour faire de notre destination, un lieu envié dans le monde.
Soutenant que les statistiques relatives aux arrivées touristiques ne sont pas en baisse actuellement, mais plutôt stagnantes, Robert Desvaux estime que les opérateurs du secteur doivent s’adapter aux aspirations des touristes qui voyagent encore. En d’autres mots, les opérateurs doivent élargir l’offre touristique en proposant plus de ce qui se fait traditionnellement. Lors d’une remise de prix et de certificats aux participants à la Mauritius Shopping Fiesta et au Carnaval de Flic-en-Flac, il a une fois de plus mis l’accent sur « des événements authentiques qui rendent notre destination unique ». Pour la MTPA, qui se targue de la réussite de ces deux événements, avec une participation massive, « c’est ce type d’attraction que nous devons offrir ». En dépit des critiques, dit Robert Desvaux, la MTPA et le ministère du Tourisme ,ainsi que leurs partenaires, ont su prouver « que nous savons faire les choses ».
Se référant au sondage effectué pour le compte de la MPTA par Interface Tourisme (bureau de représentation de la MTPA en France) et présenté aux opérateurs de l’industrie à Maurice en juin dernier, qui fait ressortir — comme souligné par Week-End que « Maurice n’est plus un plaisir », pour les Français, car  l’image de la destination mauricienne sur notre principal marché émetteur est en perte de vitesse—, Robert Desvaux estime « que nous devons revenir à nos vraies valeurs ». Encensant les artistes pour leur performance et leur capacité à galvaniser, grâce à leurs talents et une ambiance typiquement mauricienne, pendant la Mauritius Shopping Fiesta et le Carnaval de Flic-en-Flac, il rappelle que « ce sont les Mauriciens qui font l’île Maurice et son authenticité ». C’est ce qui doit être mis en avant dans tous les produits, estime la MTPA. Le président de l’organisme profite de l’occasion pour lancer un appel aux groupes hôteliers qui emploient des étrangers à leur tête : « Il est impératif que ces gens soient d’abord formes sur la culture mauricienne afin de pouvoir la promouvoir dans chaque produit que nous mettons à la disposition des touristes. »
Lors de son allocution, le directeur de communication de Air Mauritius, Donald Payen, a mis l’accent sur les 45 années que la compagnie aérienne nationale accompagne le secteur touristique à Maurice. « L’ambition première de MK demeure la même, en dépit des difficultés, soit celle de promouvoir Maurice », dit-il. Et si, selon lui, aujourd’hui, « l’accès aérien est extrêmement riche, et c’est ce qui nous permet d’attirer tous les ans prés de 1 millions de visiteurs, tous les ans le compteur se remet à zéro ». Pour Donald Payen, « le défi aujourd’hui est de pouvoir continuer à créer la demande pour la destination et d’offrir un produit adapté continuellement aux nouvelles demandes et comportements des touristes ».
Si, auparavant, le séjour des touristes à Maurice « étaient taken for granted », la conjoncture économique actuelle, et la compétition atroce des destinations concurrentes font que tous les Mauriciens sont appelés à servir ce secteur. La MPTA envisage de mettre « les villes et les villages au diapason du tourisme ». Selon Robert Desvaux, les Conseils de district et municipalités pourraient par exemple avoir un label, et un itinéraire à proposer aux touristes en vue de découvrir chaque région et les produits de ces régions. La diversification de notre offre touristique peut aussi s’opérer à travers la musique locale, estime Robert Desvaux. Il profite de l’occasion pour annoncer la participation de Maurice au Carnaval de Nice en février prochain. Une occasion pour le pays de faire découvrir le Carnaval de Flic-en-Flac et son hymne, invités d’honneur à cette célébration d’envergure sur le plan international, prévu du 15 février au 6 mars 2013. Maurice pourra ainsi briller sur le marché français et amplifier sa stratégie promotionnelle.