Du Carnaval de Rio à Flic-en-Flac à la Régate de ce dimanche à Mahébourg, le mois de juillet aura été « marqué » par une série de promotions touristiques, sous l’égide de la Mauritius Shopping Fiesta. Un événement à l’initiative du ministère du Tourisme et de la Mauritius Tourism & Promotion Authority (MTPA), visant à donner une autre tournure à la promotion touristique de la destination Maurice, avec le shopping comme nouvelle attraction, et créer le buzz et attirer plus de visiteurs en cette saison et pour les mois à venir. Si pour le ministre du Tourisme, Michaël Sik Yuen, et la MTPA, cette première édition a été « très positive », la majorité des opérateurs du secteur estime l’événement, « un non-event ». Certains allant même jusqu’à parler de « Mauritius Shopping Fiasco », vu les magasins qui sont restés déserts en dépit des promotions offertes et les ventes qui n’ont pas grimpé…
Démarrée en grande pompe début juillet sur les airs du Carnaval de Paris, au Bagatelle Shopping Mall, suivi par les autres centres commerciaux et dans certains hôtels à travers le pays, la « Mauritius Shopping Fiesta » laisse dubitatif plus d’un. Quelles sont les retombées réelles de l’événement ? « Aucun », selon les opérateurs pour qui la « Mauritius Shopping Fiesta » était un « non-event ». Ceux que Week-End a interrogé et qui ont participé à l’événement sont unanimes à dire que « nos ventes non pas augmentées. Nous n’avons fait aucune bonne affaire avec cet événement ».
Ils expliquent cette situation par le fait qu’en cette période de l’année, le nombre de touristes est moindre. Et avec la crise, les achats se font encore plus rares. « Ceux qui viennent dans les boutiques, sont pour la plupart là en visite, en balade », notent-ils.
Une tendance qui n’est pas soudaine, observent nos interlocuteurs qui déplorent qu’avec les All-Inclusive Packages (voir texte plus loin), les touristes n’achètent pas beaucoup et encore moins dans les boutiques. « Qui plus est, avec la période de soldes en cours en Europe principalement, les touristes préfèrent acheter à moindre prix des articles de qualité dans leur pays », disent-ils. Plusieurs observateurs avaient, rappelons-le, remis en question, avant même la tenue de événement en juillet dans nos colonnes, la pertinence de l’organisation d’un tel événement à une période où le nombre de touristes est moindre dans l’île et que dans la plupart des pays européens, les soldes battent leur plein. Mais pour le ministre Sik Yuen que Week-end a rencontré, le bilan de la Mauritius Shopping Fiesta est « très positif ». Selon lui, il fallait commencer quelque part. « L’on dit souvent qu’il y a une compétition rude en ce qu’il s’agit du shopping à Maurice comparé à Singapour et Dubai. Mais la Shopping Fiesta a contribué à une bonne croissance », dit-il.
Fiesta : pour qui ?
Or, les boutiques et autres participants à cet événement témoignent : « Il n’y a eu aucun buzz ». Au niveau des centres commerciaux, en dehors des jours de lancement, la Mauritius Shopping Fiesta n’a pas crée d’ambiance particulière. A titre d’exemple, dans un des centres commerciaux les plus fréquentés, et référenciés dans les guides touristiques, sur 170 magasins, une dizaine de boutiques seulement ont participé à l’événement. La majorité des commerçants affirment ainsi que la 1ère édition de la Mauritius Shopping Fiesta « est loin d’être le succès qu’ils attendaient ». Certains qualifiant d’ailleurs cette 1ère édition « d’échec ». « Nous sommes très peu de magasins à participer à cet événement. En ce qu’il s’agit de la boutique pour laquelle je travaille, je n’ai vu aucun changement. Les ventes sont pratiquement restés les mêmes. Les touristes et encore plus les Mauriciens ne montrent pas beaucoup d’intérêt », confie une responsable de boutique. Un peu plus loin dans un magasin Duty Free,  c’est le même refrain. Déçue de cette première édition, la responsable explique ce qu’elle qualifie de « fiasco » par un manque de publicité autour de l’événement. « Nous avons mis des promotions sur quelques-uns de nos produits. Hormis quelques touristes, nous n’avons pas eu le grand nombre de clients que nous espérions. Les organisateurs n’ont pas mis assez d’accent sur la publicité autour de cet événement pour attirer la grosse foule », dit-elle.
Lèche-vitrines
Ce qui ressort, c’est principalement des visiteurs baladeurs, pour la plupart des Mauriciens, flânant dans les allées des boutiques pour regarder les produits, apprend-on. « S’il y a eu quelques ventes, ce sont principalement des Mauriciens qui ont profité de cet événement pour acheter des produits à prix réduit », disent la plupart des responsables de boutique. Ainsi la « Mauritius Shopping Fiesta » aura été sans doute plus profitable aux Mauriciens ? « Plus ou moins, un peu à l’image du Carnaval de Rio à Flic-en-Flac qui aura été beaucoup plus un événement pour les Mauriciens que pour les touristes qui se font rares à Maurice en ce moment », notent des professionnels du secteur. En termes de chiffres d’affaires pour les plus privilégiés qui ont réussi à effectuer quelques ventes cela n’a « rien d’extraordinaire ». « Le pouvoir d’achats des Mauriciens est restreint. On ne peut pas réellement dire qu’ils ont profité de l’occasion. Nous avons eu quelques jeunes, surtout durant la période scolaire, mais qui faisaient du lèche-vitrines », disent les opérateurs.
All-Inclusive Packages : une difficulté pour les commerces
De même, si certaines boutiques, par exemple, comptaient sur la présence en légère hausse des touristes réunionnais en cette période de l’année pour voir grimper les ventes, il ressort que la donne a changé cet hiver. « Les touristes réunionnais ont opté pour les hôtels. C’est moins cher en cette période où même les hôtels les plus luxueux bradent les prix. Avec le All-Inclusive Package, c’est notre commerce qui en souffre », disent les responsables de boutiques. Cette pratique, comme souligné plus loin, fait beaucoup de mal aux commerces, et autres opérateurs.
« Sans planification et réflexion adéquates, aucun événement ne pourra créer de buzz »
Pour les professionnels du secteur touristique, également nombreux à dire que la « Mauritius Shopping Fiesta » n’a fait aucune différence, « il est important d’adopter une stratégie pour que tous les opérateurs puissent sortir gagnant d’un événement. Sans planification et surtout sans réflexion adéquates, aucun événement ne pourra créer de buzz ». D’autres espèrent que les journalistes étrangers qui suivent l’événement, selon la MTPA, pourront contribuer à créer le buzz pour la 2e édition prévue à partir du 30 juin 2013, si maintenue comme prévu par les autorités.