Après avoir fait valoir son droit au silence, le ministre du Tourisme, Michael Sik Yuen, est retourné hier à l’Equal Opportunities Commission (EOC), concernant les propos discriminatoires qui lui sont attribués et qui font l’objet d’une enquête. Son avocat, Me Rama Valayden, a ouvert les discussions pour une conciliation. La commission avait donné 45 jours au ministre pour réagir, faute de quoi le cas serait référé à l’Equal Opportunities Tribunal.
L’Equal Opportunities Commission attend les propositions de Michael Sik Yuen en vue d’une conciliation dans l’affaire de propos discriminatoires qui lui sont reprochés. Après avoir fait connaître leur position à la commission hier, le ministre et son avocat devaient revenir à la commission aujourd’hui. Si cette nouvelle démarche de Michael Sik Yuen est appréciée, on s’attend également à ce qu’il fasse des « propositions satisfaisantes aux yeux de la commission », laisse-t-on comprendre.
Le 30 janvier dernier, l’EOC a donné un délai de 45 jours au ministre pour s’expliquer concernant les propos discriminatoires qu’il aurait tenus à Curepipe pendant la campagne municipale 2012. Selon l’Equal Opportunities Act, une telle procédure doit être enclenchée en l’absence de conciliation possible et en vue de transférer le dossier à l’Equal Opportunities Tribunal.
Dans un premier temps, Michael Sik Yuen avait déclaré ne pas se souvenir avoir tenu les propos qui lui sont reprochés. Son avocat a par la suite demandé à connaître l’identité des témoins, demande qui a été rejetée par la commission. Le ministre avait par la suite fait valoir son droit au silence, avant de rouvrir les discussions hier.