Après avoir réclamé l’introduction du “direct income support” lors des dernières négociations dans le cadre de la compensation salariale, qui sera en vigueur dès janvier prochain, la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) revient à la charge avec cette proposition en marge du Budget 2014. Dans un document transmis aujourd’hui au ministre des Finances Xavier-Luc Duval, les syndicalistes de la CTSP, en l’occurrence Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo, expliquent leur souhait de voir ce fonds créé afin de venir en aide aux plus démunis.
En guise de prélude à cette proposition, la CTSP se base sur les données découlant de ses études pour expliquer que les travailleurs touchant moins de Rs 6 000 par mois ne bénéficient pas d’un pouvoir d’achat suffisant pour mener une vie convenable. « As such all workers earning Rs 6 000 or less in a month, do not have the purchasing power to feed themselves properly. They are either doing two or more jobs or they are subjected to a health deficiency due to malnutrition. Those 100 000 workers earning less than Rs 6 000 a month are found mainly in the textile, sea food hub and services sector where 85% of female workers are employed. The prescribed basic wage in the textile and the sea food hub sector amount to Rs 3 965 as at September 2013 », affirment Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo à l’intention du ministre des Finances Xavier-Luc Duval. D’où la proposition de ce “direct income support” pour ceux touchant moins de Rs 6 000.
Le gouvernement devrait leur accorder un soutien direct jusqu’à un maximum de Rs 8 000. En vue d’instituer ce fonds, la CTSP présente les propositions suivantes : « The increase of the VAT from 15% to 25% on all luxury goods and services, all wealth over 8 million rupees should be taxed whether moveable or immoveable property anywhere in the country, a tax of 1% be introduced on all offshore financial transactions, all employees from companies benefiting the government sponsored direct income support, should credit 40% of their net profit in the fund so long as their employees continue to benefit from the direct income support. »
Au plan des propositions en rapport avec la politique fiscale dans le milieu automobile, les syndicalistes réclament une taxe carbone sur tous les véhicules de plus de 1600 cc. La CTSP se dit pour l’introduction d’une taxe de 1% sur toutes les transactions financières offshore pour accroître les recettes et décourager les fraudeurs à utiliser Maurice comme un « paradis hors taxes » et une taxe spéciale de 5% sur le bénéfice net dans le secteur bancaire afin de développer nos infrastructures sportives. Par ailleurs, la CTSP souligne que l’impôt sur le revenu devrait être augmenté, soit de 15% à 17,5%, pour les salariés au revenu élevé, comme un moyen « to claim back all food subsidies and facilities they are benefiting under the welfare state umbrella ». Les autres propositions de la CTSP touchent l’environnement, le secteur du transport, le logement social, la politique de l’emploi et l’éducation.