Les élections en vue d’élire sept nouveaux membres au conseil d’administration de la MASA se tiendront ce dimanche, 23 octobre, au Collège St-Mary’s à Rose-Hill.
 Cela fait suite à la dissolution du board, votée à l’assemblée générale extraordinaire du 2 octobre. Un candidat dans la catégorie audiovisuelle et autres oeuvres est déjà élu d’office, tandis qu’un groupe s’est constitué sous le nom de Lekip Harmony et propose un candidat pour chaque siège.
Arno Calou (audiovisuel et autres oeuvres), Sedley Assonne, Indurani Chatoo et Nazal Rosunally (littéraire) ; Richard Hein, Paul Raya et Deepak Persand (éditeur) ; Patrick Antoine, Mario Armel, Jean-Claude Barbier, Guerino Colas, Louise Myrthe Empeigne, Denis Claude Gaspard, Rattan Hurry, Meera Mohun, Rameshwar Santokhee, Marjorie Seevraz, Vinod Sewduth, Basant Soopaul et Kishore Taucoory (auteur-compositeur). Ce sont les 20 candidats qui brigueront un siège aux élections de la Mauritius Society of Authors (MASA).
L’on retiendra surtout sur cette liste le nom de Deepak Persand, aussi connu comme Kailesh, membre sortant du dernier board et très contesté car son nom est cité dans plusieurs cas de piratage. La motion présentée à l’assemblée générale extraordinaire du 2 octobre stipulant que les candidats ne doivent pas avoir d’antécédents de breach of Copyright Act remontant aux cinq dernières années n’a servi à rien dans ce cas. Car Deepak Persand a été condamné au-delà de cette date et les autres cas contre lui sont toujours en attente.
Autre candidature qui retient l’attention : celle de Kishore Taucoory, qui était déjà un membre du board au moment de la dissolution. De même, on note le retour de Sedley Assonne, ancien membre du conseil d’administration de la MASA qui avait démissionné en 2006 pour protester contre l’ingérence politique.
De cette liste de candidats, Arno Calou, aussi connu comme Ton Rolo, est élu d’office car il est le seul à se présenter dans sa catégorie. Par ailleurs, un groupe de sept personnes avec des représentants pour les sept sièges à pourvoir s’est constitué sous le nom de Lekip Harmony. Ils sont Arno Calou, Sedley Assonne, Meera Mohun, Jean-Claude Barbier, Mario Armel, Paul Raya et Richard Hein. Leur projet pour la MASA s’articule autour de trois axes : la transparence, l’efficacité et la prospérité.
Lekip Harmony a présenté son programme cette semaine. Parmi, on note la création d’une salle de lecture réservée aux membres, où ils pourront avoir accès aux documents comme les rapports financiers et les contrats, entre autres. Une page spéciale sur le site web de la MASA serait aussi créée dans le même but. Le groupe propose également la révision des statuts de la MASA afin qu’ils soient compatibles avec la Copyright Act.
La mise en place d’un contrat d’édition entre les membres créateurs et les membres éditeurs, un audit de la MAB, le soutien aux producteurs et interprètes qui ne touchent pas de redevance de la MASA car n’étant pas membres, l’application de l’article 13.3 de la Copyright Act, relatif à l’application d’une taxe sur le matériel de duplication et les supports vierges, une renégociation avec les opérateurs de téléphonie mobile qui ont cessé de proposer de la musique locale sur leur réseau, ainsi que des propositions à la nouvelle loi sur les droits d’auteur et la formation des membres, figurent au programme de Lekip Harmony.
Se faisant le porte-parole de cette équipe, Mario Armel réfute l’argument que la dissolution du board a été réclamée pour des raisons sectaires. « Nous voulions simplement réparer une injustice : les auteurs-compositeurs sont ceux qui rapportent le plus à la MASA et nous étions en minorité sur le board. »