Aarti Jhugursing, 35 ans, poursuivie devant la Cour intermédiaire pour avoir forcé sa fille aînée à se prostituer, a été condamnée à 6 mois de prison. Elle a donné avis d’appel et a été relâchée contre une caution de Rs 15 000 en attendant son appel devant la Cour suprême. 
Aarti Jhugursing était poursuivie sous une charge de Causing a child to be engaged in prostitution. Sa fille, qui était âgée de 12 ans au moment des faits, lui reprochait de l’avoir forcée à avoir des relations sexuelles avec plusieurs habitants de sa localité pour de l’argent.
Aarti Jhugursing était poursuivie aux côtés de Rishi Ramlochun et Suraj Gopaul, qui sont eux accusés d’avoir abusé de la fille et d’avoir eu des relations sexuelles avec mineure. 
Cette affaire remonte au 7 mai 2011. Aarti Jhugursing, une habitante de Pointe-aux-Piments, avait été arrêtée suite à une déposition de sa fille. Lors du procès, ses dépositions à la police avaient été produites. Il en ressort que l’accusée était mariée depuis 15 ans et que son époux travaillait comme maçon. Elle explique que ses enfants et elle vivaient dans une extrême pauvreté car son compagnon n’assume pas ses responsabilités envers sa famille. « Kan li gagn la pey, li fini tou so kas dan bwar. Mo pena enn sou pou aste komision lakaz », dit-elle. Elle a nié avoir vendu sa fille pour de l’argent et explique que cette dernière est une belle fille qui a eu beaucoup de demandes en mariage. « Sa zour la mo misye ti fini sou ek li ti pe rod pik kouto ar mwa ek mo bann zanfan. Nou finn sove nou finn al kot lamer kot mo ser so garson. Li finn donne moi Rs 100 pou aste mange apre linn maye mo tifi linn pran li linn al lamer. Kan monn ale get zot plitar mo trouv mo tifi pe plore li dir mwa linn fer maleleve ar li », devait soutenir la mère. Cette dernière ajoute qu’elle ne s’est pas rendue au poste de police pour rapporter l’affaire car le neveu en question aurait donné Rs 1 000 à sa fille. Par ailleurs, Rishi Gopaul, soutient-elle, était le petit ami de sa fille. Une nuit, il avait dormi chez elle et le lendemain, sa fille l’a informée qu’ils avaient eu des relations sexuelles. Là encore, l’homme lui a remis de l’argent, utilisé pour acheter des provisions. Or cette situation s’est reproduite avec d’autres hommes qui ont couché avec la fillette avant de lui remettre de l’argent. 
La mère avait présenté ses excuses, évoquant la pauvreté. Elle est aussi mère de deux autres enfants mineurs qui, après son arrestation, lui ont été enlevés par la Child Development Unit et placés dans un shelter. Lors du procès, le Chief Police Medical Officer avait affirmé que la fillette avait une vie sexuelle très active.