Dans le cadre de son programme d’amélioration des infrastructures publiques dans les zones urbaines tombant sous sa juridiction, la corporation municipale de Port-Louis entreprend actuellement d’importants travaux d’installation de drains censés prémunir les habitants de Résidence Briquetterie contre le débordement d’eaux pluviales. Toutefois, tout en appréciant l’effort des autorités, certains habitants déplorent que les travaux soient bâclés et, selon eux, au vu de sérieux manquements notés, une partie des nouveaux drains pourrait, au contraire, les exposer à des situations encore plus dangereuses en cas de très grosses averses.
C’est notamment le cas à la rue Briquetterie en face de la maisonnette occupée par Philippe Jean-Louis. Handicapé, vivant seul et nécessitant une canne pour se déplacer, ce monsieur se voit, d’abord, priver de sa fourniture d’eau normale depuis près de deux semaines parce que le plan d’installation mal conçu a nécessité une interférence avec un conduit d’eau central de la CWA. Ce conduit a été brisé et, très mal réparé ensuite. C’est qui l’inquiète davantage, c’est le dénivellement d’un drain, très visible, qui fait que l’eau se stagne. Philippe Jean-Louis s’interroge de qui adviendra une fois que ledit drain sera recouvert ? Il appréhende une stagnation d’eau, de déchets ménagers et l’infestation de moustiques. D’autant que, avec de nouvelles couches de bitume qui seront ajoutées sur la rue, sa maisonnette va très rapidement se retrouver en contrebas. Et, dans ce cas, ce sera l’inondation certaine 
Une visite sur le terrain, vendredi dernier, a permis de constater que les doléances de M. Jean-Louis sont véridiques. Nous avons également enregistré des plaintes d’autres résidents de Briquetterie qui affirment ne pas comprendre pourquoi la corporation municipale a choisi de faire passer les drains en plein milieu des rues alors qu’elle disposait pour ce faire de l’espace de trois pieds obligatoirement réservés sous la Town and Country Planning Act pour l’installation des utilités publiques (eau potable, électricité, câbles de téléphone et autres drains et trottoirs). Les protestataires se plaignent du tapage que provoque le passage des véhicules sur les pans de bétons (slabs) mal connectés et posés sur les drains. Tapage qui devient insupportable pour tout le monde surtout quand vient la nuit !
Les résidents mécontents demandent que la municipalité apporte les mesures correctives urgentes.