La ministre de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille a confirmé à l’Assemblée nationale hier que l’élaboration du plan stratégique sur les droits de l’enfant se fait par l’Union européenne (UE) sous l’égide du ministère des Finances. Mireille Martin répondait aux questions de l’opposition à l’heure des examens en comité des dotations budgétaires pour 2014.
La ministre a répondu à de nombreuses questions de l’opposition sans être bousculée par celle-ci. Pour celles dont elle n’avait pas les réponses, elle a affirmé qu’elle les déposera à l’Assemblée nationale par la suite.
Parmi les questions auxquelles elle a répondu, elle a confirmé que l’élaboration du plan stratégique sur les droits des enfants ne tombe pas sous son ministère. « Nous n’avons pas trouvé de consultants locaux pour effectuer la tâche, d’où le choix de nous tourner vers l’Union européenne qui finance le projet. Par conséquent, selon les procédures en place, nous devons aller vers le ministère des Finances ».
Mireille Martin indique qu’un Children’s Bill est en cours d’élaboration et devrait être fin prêt pour 2014. Ce texte de loi englobera toutes les autres lois qui régissent la situation de l’enfant mauricien.
Concernant des études encourues par son ministère au courant de 2013, Mireille Martin indique que seulement deux ont été menées : la première sur les valeurs familiales et la seconde sur l’évaluation de son impact sur la société. Ces deux études auront coûté Rs 619 500 au ministère lorsqu’elles seront terminées.
Concernant des voyages effectués au courant de l’année, elle indique qu’il y a eu un déplacement pour une réunion de la SADC, un autre pour le Commonwealth et un troisième pour le COMESA. Des rapports ont été soumis au gouvernement mauricien à la suite de ces réunions. Quant à la maintenance des ordinateurs dans les centres du ministère à travers l’île, elle a été confiée à Mauritius Telecom.
Pour ce qui est du mode de déplacement des membres du personnel du ministère qui s’occupent des enfants maltraités, elle indique qu’ils disposent d’un moyen de transport. Les autres officiers bénéficient d’une voiture hors taxe à 70 % et d’une allocation d’essence.