L’absence de leadership à la Private Secondary School Authority est de plus en plus ouvertement critiquée à l’intérieur comme en dehors de l’organisme. Samedi dernier, lors de la réception offerte en son honneur par l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE), le ministre de l’Éducation a exprimé son agacement devant les nombreux problèmes en suspens depuis plusieurs années dans le secondaire privé. L’occasion aussi pour lui de souligner l’incapacité de la PSSA à trouver des solutions.
En des termes à peine voilés, et avec sévérité, Vasant Bunwaree a fustigé l’immobilisme de la PSSA lors de cette fonction. Le ministre a aussi fait allusion au « contrat en béton » de certaines personnes au sein de cet organisme mais qui n’arrivent pas, selon lui, à “perform”. Ceux qui réclament sa démission auraient dû, dit-il encore, demander plutôt celles de « bann dimounn ki pa pe kapav travay ». Une question demeure : qu’est-ce qui a provoqué cette sortie du ministre contre la PSSA ? La passivité de  l’organisme de Beau-Bassin ne résulte-t-elle pas à l’ingérence du ministère dans son fonctionnement ? « S’il y avait un leadership, le ministère n’aurait pas pu dicter à la PSSA ce qu’elle doit faire ou non. Les critiques du ministre à l’encontre de la  PSSA sont pleinement justifiées », répond un cadre.
Pour rappel, l’UPSEE avait brandi, durant le deuxième trimestre, la menace d’une grève dans le secteur en évoquant une série de problèmes. C’est ainsi que le ministère avait pris la décision de mettre en place un fast track committee pour trouver des solutions aux doléances de l’UPSEE et à celles de la Fédération des managers des collèges privés. Il est bon de savoir que c’est Serge Ng Tat Chung, président du board de la PSSA, qui pilote ce comité. « C’est parce qu’il y a précisément un manque de leadership que le ministère a confié ces responsabilités au président du board. Il est présent presque tous les jours à la PSSA et des solutions sont trouvées assez vite à certains problèmes », confient des employés.
Par ailleurs, la PSSA commencera à analyser les demandes pour le registration pour l’an prochain à partir de septembre. En principe, il n’y a pas de fermeture de collège grant-aided l’année prochaine en raison de manque d’élèves. Il se pourrait qu’un nouveau collège payant ouvre ses portes l’an prochain. Les promoteurs de l’American Academy ont soumis leur demande de registration à la PSSA. La construction de l’école, située à Petit-Camp, est déjà terminée.