À Curepipe hier où le Parti travailliste organisait son congrès dans le cadre d’une tournée dans les circonscriptions du pays, Deva Virahsawmy, a observé que le leader du MSM Pravind Jugnauth veut quitter la circonscription de Moka/Quartier-Militaire pour se présenter dans la circonscription N° 7 (Piton/Rivière du Rempart).
« Il veut succéder à son père dans cette circonscription », a-t-il lancé en affirmant qu’il l’attend de pied ferme en rappelant qu’il avait battu sir Anerood Jugnauth dans cette circonscription.
Plusieurs orateurs avaient fait le déplacement à Curepipe hier lors d’un congrès présidé par Edley Chimon. Ainsi Lormesh Bundhoo a fait une sortie contre le MSM et son leader Pravind Jugnauth les accusant d’avoir quitté le gouvernement en pleine crise économique et les a accusés de n’avoir pas été à la hauteur de leurs responsabilités. La reprise des travaux parlementaires sera l’occasion de faire le bilan de leur passage dans le gouvernement pendant quinze mois. Il a estimé que le MSM est d’abord un parti familial avant de lancer « Quelle famille ! » et mentionner les conflits qui opposent les membres de la famille Jugnauth.
Le président du Parti travailliste Patrick Assirvaden n’a pas lui aussi ménagé le MSM. Évoquant l’affaire MedPoint, il a souligné que c’est le MMM qui « avait levé le lièvre ». Estimant que ce parti s’est par la suite fait piéger, il s’est réjoui que le MMM a retrouvé la lumière. Selon lui, la panique s’est installée dans les rangs du MSM depuis la déclaration de Paul Bérenger selon laquelle le MMM était à des années lumière de ce parti sur plusieurs points. C’est dans ce contexte qu’il a avancé qu’une femme, membre de ce parti, s’apprête à gagner les rangs de la majorité parce qu’elle considère que ce parti ne s’occupe que des intérêts familiaux. Sans citer de nom, il a fait comprendre que cette personnalité vient tout juste de regagner le pays après une visite en Europe.
Abu Kasenally a, pour sa part, fait mention d’un sondage qui aurait été réalisé par le secteur privé indiquant que le MSM est au plus bas de sa popularité. Il a dénoncé les tactiques utilisées par le MSM durant les dernières élections pour faire élire leurs candidats en tête de liste. Il a aussi rappelé que lors des dernières élections, le Premier ministre avait menacé qu’il n’y aurait aucun ministre MSM dans son gouvernement si Sheila Bappoo n’était pas élu.
Deva Virahsawmy a annoncé plusieurs activités qui seront lancées par son ministère, dont la distribution de poubelles et une campagne pour décourager l’usage du plastique.