L’une des premières réactions politiques après la confirmation en fin de matinée de la tenue d’un point de presse par le président de la République sir Anerood Jugnauth vendredi prochain est venue du président du Parti travailliste, Patrick Assirvaden.
« Pour toute la population, un jour de plus est un jour de trop pour quelqu’un qui ne cesse de pervertir les institutions de la République avec pour seul objectif de sauver son clan familial. Que ce soit au sein de la population ou au gouvernement, le sentiment unanime est que plus vite les institutions retrouveront leur hygiène politique, le mieux pourra respirer le pays. Il est évident que nous attendons de pied ferme n’importe qui dans l’arène politique », a déclaré le président du Ptr dans une première réaction à chaud.
À l’hôtel du gouvernement, la confirmation de l’étape de vendredi prochain n’a, semble-t-il, pas surpris outre mesure dans le sens où ce développement était devenu inéluctable. Le prochain objectif restera de contrer les premiers commentaires publics de sir Anerood Jugnauth contre la politique du gouvernement Ptr/PMSD de vendredi prochain, soit juste avant le début des délibérations hebdomadaires du conseil des ministres.
Dans la conjoncture politique, il faut également s’attendre à ce que le tête-à-tête du jeudi matin entre sir Anerood Jugnauth et le Premier ministre Navin Ramgoolam soit de nouveau décommandé, comme cela a été le cas la semaine dernière.
Dans l’immédiat, la vice-présidente de la République Monique Ohsan-Bellepeau sera appelée à assurer la suppléance à la tête de l’État et expédiera les affaires courantes. Il est devenu évident que Monique Ohsan-Bellepeau aura l’insigne honneur de procéder à l’ouverture de la prochaine session de l’Assemblée nationale et de donner lecture du nouveau discours-programme de l’alliance gouvernementale Ptr/PMSD.
L’élection du nouveau président de la République par les parlementaires devra intervenir lors de cette même session de l’Assemblée nationale.