Le président du Parti travailliste (Ptr) a critiqué l’opposition MMM/MSM, qu’il a appelé l’« alians papa/piti », pour n’avoir pas observé le deuil national décrété par le gouvernement le lendemain de l’accident de Sorèze qui s’est produit le vendredi 3 mai. Lors de la conférence de presse de samedi, Patrick Assirvaden a blâmé l’opposition de vouloir tirer un capital politique dans la tragédie qu’ont vécu les proches des victimes.
« Lorsque tout le pays avait observé le deuil samedi le 4 mai, le MMM et le MSM ont maintenu leur conférence de presse ce jour-là. Ce qui prouve qu’ils n’ont aucune sympathie pour les parents qui pleurent la disparition de leurs proches », a soutenu Patrick Assirvaden samedi. S’agissant des critiques contre le gouvernement, comme c’était le cas à la suite des inondations du 30 mars, le président du Ptr a donné l’assurance que le gouvernement ne tente aucun cover-up. Il en veut pour preuve le fait que le Premier ministre Navin Ramgoolam a fait venir des techniciens indiens pour examiner l’autobus impliqué dans l’accident afin de situer les causes de ce drame.
Concernant le Foyer Namasté, le président des rouges a critiqué le jeu de l’opposition qui, en acculant le gouvernement pour qu’il prenne les décisions qui, selon elle, devaient l’être, le blâme par la suite pour les avoir appliquées. Malgré tout, est d’avis Patrick Assirvaden, le pays ne tient pas compte de ce qu’il a considéré être des « palabres de l’opposition ». Il en veut pour preuve, les résultats du sondage entrepris par le DCDM pour le compte de l’express, selon lequel Navin Ramgoolam se place en tête comme le Premier ministre des Mauriciens. « Cela veut dire que les palabres de l’opposition ne fait pas recette », a-t-il déduit.
La deuxième preuve qui fait dire à M. Assirvaden que le MMM et le MSM ne sont pas si populaires, est ce qu’il a qualifié de « moyenne » la foule qui s’était déplacée pour entendre l’opposition à Port-Louis le 1er mai. Pour lui, ce meeting a pêché par le manque de discours sérieux des orateurs. « Le discours de sir Anerood Jugnauth était si fade qu’au fur et à mesure qu’il parlait, la foule se dispersait. Il est tellement dépassé que si cela continue, il finira par mener le MMM à l’abattoir et perdre son identité. »
Le président de Labour, suivi en ce sens par la secrétaire générale Kalyanee Juggoo et le responsable des communications Abdullah Hossen, a aussi salué les initiatives du gouvernement, notamment l’introduction du permis à points et l’annonce par le PM de la publication prochaine d’un Livre blanc sur la réforme électorale.