Patrick Assirvaden, principal animateur de la conférence de presse hebdomadaire du Parti travailliste tenue samedi dernier, a très bien accueilli l’institution d’une commission d’enquête avec des pouvoirs étendus. Il trouve qu’il était grand temps que l’État intervienne après les scandales qui s’étalent journée après journée au Champ de Mars. Dans un autre ordre d’idées, la prise de position du PMSD sur le rapport de l’Equal Opportunity Commission (EOC) a été l’objet de critiques relativement sévères.
« Le Premier ministre a bien fait de nommer une commission d’enquête sur la manière de procéder du Mauritius Turf Club, puisque les scandales n’ont que trop duré », a fait ressortir Patrick Assirvaden et, après lui, Abdullah Hossen, le porte-parole en titre du PTr, face aux journalistes samedi. Ils ont mis l’emphase sur le fait que les couses sont une industrie qui brasse environ Rs 5,5 milliards annuellement. De plus la création d’une Turf Authority est sérieusement envisagée afin qu’il y ait un contrôle de l’État qui assurerait le bon fonctionnement des courses.
Selon le président des rouges, il y aurait des groupes mafieux qui officient au Champ de Mars. « Les membres de ces organisations sont à la fois propriétaires de chevaux, responsables d’écuries et à la fois bookmakers ; c’en était trop. Il était temps que le gouvernement prenne, non pas les chevaux, mais les commissaires par les cornes », a dit Patrick Assirvaden. Il a souligné le fait que Premier ministre était déjà passé à l’action en prenant des décisions qui ont été appliquées immédiatement.
Le président des rouges n’a pas mâché ses mots à l’endroit du PMSD, parti qui, pendant plusieurs années, était l’allié du sien au sein du gouvernement. Alors que le PMSD s’octroie la paternité de la création de l’EOC, M. Assirvaden a tenu à rappeler que cet organisme a été institué sous le primeministership de Navin Ramgoolam. Le but était de donner à ceux qui sentent que leurs doits sont lésés un moyen pour que leur situation soit revue et corrigée s’il y a lieu.
Or, estime Patrick Assirvaden, les bleus chercheraient aujourd’hui à saper la confiance d’une section de la population envers l’EOC. Il s’est référé aux récentes déclarations de la porte-parole des bleus, Aurore Perraud. « Le PMSD était en alliance avec nous au gouvernement depuis neuf ans. Mme Perraud est, elle, là depuis cinq ans. Pourquoi n’ont-ils pas dit plus tôt ce qu’ils soutiennent aujourd’hui ? » s’est demandé le président du PTr. Répondant aux questions des journalistes, M. Assirvaden a déclaré qu’il pense que c’est quelqu’un d’autre qui a fait dire à Aurore Perraud ce qu’elle a soutenu. « An tou ka premier fwa ki mo trouv enn peroke osi danzere », a-il commenté.
En ce qui concerne le MSM, Patrick Assirvaden considère que ce parti joue lui aussi la carte communale, pas la même que celle du PMSD, mais à sa façon. Évoquant la publication d’une photo dans un journal, montrant sir Anerood Jugnauth, son fils, son épouse et Maya Hanoomanjee, le président du PTr a dit qu’elle confirme que le MSM est bel et bien une affaire de famille.