Lors d’un point de presse au quartier général du Parti travailliste (PTr) au square Guy Rozemont hier, Navin Ramgoolam a qualifié de « très grave et choquant ce qui se passe dans le pays », évoquant notamment la condamnation de Pravind Jugnauth dans l’affaire MedPoint et la polémique autour du Directeur des poursuites publiques (DPP). « La population ne doit pas s’endormir », a-t-il lancé.
Commentant le récent jugement dans l’affaire MedPoint, l’ex-Premier ministre a fait ressortir qu’il faut respecter le verdict. « SAJ finn dir ki se enn move zizman e ki li pou kase. Il met une pression sur la Cour suprême. Quand on dit que Pravind Jugnauth est un homme de principes et qu’il a démissionné, j’estime qu’il n’avait pas le choix. Il faut avoir un respect des institutions. Durant mon mandat, j’ai demandé la démission de deux ministres et d’un “junior minister” trouvés en faute. J’ai même demandé à Yatin Varma de démissionner. Je ne me suis jamais ingéré dans le fonctionnement des institutions. » Il poursuit : « Rappelez-vous de l’affaire MedPoint quand tous les ministres du MSM avaient démissionné alors que je me trouvais à l’étranger. Zot ti demisyone an mo labsans e Prezidan dalor ti sir Anerood Jugnauth. Zo ti dir : “Nou loyal ek gouvernman e Premye minis, me lakle dan lame Premye minis”. Kan SAJ ti dir mwa touf lanket pou ki tou minis retourn dan gouvernman a leksepsyon Maya Hanoomanjee, mo pa ti sede. Pravind Jugnauth finn demisyone de fwa lor MedPoint ! »
Le leader du PTr a également évoqué l’affaire entourant le DPP. « Roshi Bhadain ek Showkutally Soodhun dir nou pe fer diversyon alor ki Soodhun ti fer enn “leakage” pou dir ki ena gro rekin dan zidisyerr. Me Antoine Domingue a raison de dire que nous sommes dans une dictature, de même qu’Hervé Duval Jr, qui parle de dérive. Le bureau du DPP doit être totalement indépendant et ne dépendre d’aucun ministère. Il faut arrêter les manipulations. Nou pe viv enn peryod de jamais vu : atak kont zidizyerr, kont DPP, kont avoka. Un climat de peur s’installe dans le pays. » Dans un autre ordre d’idées, Navin Ramgoolam a déploré que le Premier ministre n’ait pas donné les raisons de son voyage à Londres. « Kan mo ti al opere, mo ti inform piblik. Paul Bérenger a fait de même quand il a eu des ennuis de santé. »
Abordant le volet économique, le leader du PTr est revenu sur les propos du ministre des Finances Vishnu Luthcmeenaraidoo concernant la création d’emplois. « Ti dir pou kree 15 000 anplwa, me finn ena 6 000 somer anplis an sis mwa. Lundi, Lutchmeenaraidoo parle de plein-emploi en 2017 et, jeudi, il dit que c’est en 2018 qu’il y aura le plein-emploi. » Concernant la sécurité routière, Navin Ramgoolam a soutenu que « 82 dimoun fin mor e aster zot pe remett kamera e reget sistem a pwin. » Au sujet du traité de non-double imposition avec l’Inde, l’ex-Premier ministre avance que les nouvelles dispositions de cet accord marqueraient la fin de l’offshore à Maurice. Il a annoncé l’arrivée de nouveaux membres dans l’exécutif du PTr, notamment Rama Valayden, Michael Sik Yuen, Danisha Soornum, Seeven Poonoosamy et Mahend Gungapersad, et que la célébration de l’anniversaire de la mort de sir Seewoosagur Ramgoolam aurait lieu le 20 septembre cette année, et non le 18 septembre, et ce en raison de la fête Ganesh Chaturthi.