François Hollande est le chef d’État d’une des plus grandes puissances mondiales, notamment la France! Le point commun entre le Président français et le Premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam? Tous deux se sont récemment tournés vers le Japon pour assurer le progrès technologique de leur pays respectif. Tous deux ont fait la même promesse à Shinzo Abe, PM japonnais. Ils lui ont promis leur soutien pour appuyer leur demande d’un siège permanent à l’Organisation des Nations Unies. « Actuellement (ndlr: hier matin), François Hollande se trouve au Japon avec une délégation de 50 personnes. Li pe fer canvassing pou gayn teknolozi dernye kri depi Japon », affirmait Patrick Assirvaden, président du Parti Travailliste, à la conférence de presse des rouges, hier, à Port-Louis. Navin Ramgoolam, leader du parti, a quitté le Japon avec deux accords en poche! Un radar météorologique au coût de Rs 400 millions et une ligne de crédit pour l’achat de 100 bus pour le transport des étudiants. L’objectif du PTr, hier, lors de son exercice hebdomadaire: démontrer la pertinence du déplacement de Navin Ramgoolam au Japon principalement ainsi qu’en Éthiopie et à Londres. Et dénoncer les critiques de l’opposition sur l’absence de Navin Ramgoolam. Ces critiques ne tiennent pas la route, insistent les rouges. L’opposition s’enfonce dans le ridicule et serait même… envieuse! D’abord, parce qu’au Japon, le PM, qui assistait à la conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique, a traité avec une grande puissance économique. En Éthiopie, au sommet de l’Union Africaine, il a été sous les feux des projecteurs aux côtés des chefs d’États du continent. Et à Londres, il a discuté avec le Secrétaire Général du Commonwealth sur le dossier du Sri Lanka. « Koman pou gayn tou sa si res an izolasyon? », se demande le président du parti. Ban Ki Moon, Secrétaire Général de l’ONU, a figuré parmi les rencontres importantes de Navin Ramgoolam.  « Les critiques de Paul Bérenger sont déplacées et injustifiées », dit Patrick Assirvaden, qui ajoute que dans le passé, alors que Paul Bérenger, leader historique du MMM, et Sir Aneerood Jugnauth, leader du Remake 2000, ont assumé le poste de PM, aucun d’eux n’a autant brillé que Navin Ramgoolam sur l’échiquier international. « Byen lontan nou pa gaynn enn premyer minis ki ena enn ora! », déclare Patrick Assirvaden. Il exprime son incompréhension face aux critiques de Paul Bérenger, « quelqu’un qui, pourtant, connaît la politique étrangère. »
La sortie du Remake 2000 à Mahébourg, vendredi dernier, n’est pas passée inaperçue chez les rouges. Qualifiant cette sortie de fiasco, Patrick Assirvaden s’est dit de plus en plus convaincu que l’alliance MSM/MMM est en perte de vitesse. Selon lui, « c’est le MSM qui a poussé le MMM à faire ce meeting. Parski bizin gard Aneerod Jugnauth vivan, bizin rod enn rol pou pa bliye li! » Il critique aussi Aneerood Jugnauth, lequel persiste à proférer des menaces contre la police, les institutions du pays. « Nous aussi nous avons notre opinion, mais nous laissons les institutions fonctionner en toute liberté », avane Patrick Assirvaden pour évoquer l’affaire Varma. « Beaucoup de dépositions ont été faites contre Yatin varma. Un témoin qui s’est manifesté en sa faveur s’est vu menacé d’expulsion par la régionale du MMM. Ramano l’a avoué sur une radio. Il est certain que ce n’est pas lui qui a exercé la pression sur le témoin? Li pena sa kapasite là, li. Sa bizin vinn depi lao. Conséquence: le témoin a dû se retirer. Bann gran editoryalis, moralizater, pena nanye pou ekrir lor la? »
Patrick Assirvaden s’est aussi questionné sur le programme du MMM pour la jeunesse et dit constater le déclin des mauves aux nos. 4, 14 et 19.
La secrétaire générale du PTr, Kalyanee Jhugroo, qui est également intervenue lors de cette conférence de presse, a relevé l’incohérence de l’opposition dans ses propos sur la State Trading Coorporation. « En 2005-2010, zot dir ki STC pe koken. Aster zot pe demande kifer STC pe fer profi parski li pa vokasyon enn konpayni leta fer profi! C’est avec ce profit que nous pouvons financer le transport gratuit, les subsides sur le gaz ménager et les denrées de base (…) L’opposition pe rod rol! »