Le président du Parti travailliste (Ptr) a entre autres évoqué la carte d’identité nationale lors de la conférence de presse hebdomadaire du parti samedi au Square Guy Rozemont. Patrick Assirvaden a déclaré que Pravind Jugnauth s’est pris une gifle magistrale de la cour en criant victoire, précisant que la demande du leader du Mouvement socialiste militant (MSM) a été mise de côté. « Il a voulu faire croire que le juge lui a donné jusqu’au 15 septembre 2014 pour le changement de sa carte d’identité. »
Patrick Assirvaden a salué l’intervention du Premier ministre à la Clinton Global Initiative à New-York. Son discours, dit-il, était « rempli d’engagements avec un regard tourné vers l’avenir. Beaucoup de choses concernent Maurice et le monde : élimination de la pauvreté, gestion de l’eau et de l’énergie, Chagos. Se enn PM ferm ki mean business dan so intervansion, ki finn fer lafierte. »
S’agissant de la carte d’identité, qui est au coeur des débats, Patrick Assirvaden note qu’il y a un engouement des jeunes pour cette carte. « Si pena mobilite dan enn pei, pena avansman. Lopozision finn fer enn rol isterik a propo kart idantite. Bizin pous Moris ver ler de lamodernite, pa nek kritike. » Et l’introduction de la carte biométrique, soutient Patrick Assirvaden, apporte la preuve que le gouvernement veut moderniser le pays. Il est d’avis que Pravind Jugnauth s’est ridiculisé en criant victoire. Le leader du MSM ne cherche qu’à induire la population en erreur, met-il en garde. « Dans son discours de 2010, quand il était ministre des Finances, Pravind Jugnauth avait déclaré qu’il injecterait de l’argent dans la nouvelle carte d’identité. » Pour le président du Ptr, il n’y a aucune raison d’avoir peur de cette carte. Il n’y a, dit-il, que des escrocs qui doivent la redouter, rappelant que « cette carte n’est pas falsifiable ». Il a aussi déclaré que Paul Bérenger fait fausse route en comparant cette carte à celle de la Grande-Bretagne. « L’Angleterre l’a fait pour des raisons économiques. Se enn fo deba met Langleter ladan. »
Pour ce qui est des 70 000 signatures recueillies par Lalit, qui conteste la mise en route de la nouvelle carte d’identité, Patrick Assirvaden avance qu’il n’y aurait eu que 41 signatures, dont une émanant d’un président de l’association des écoles maternelles.
Dans un tout autre volet, Patrick Assirvaden a parlé des problèmes techniques que rencontre le CEB concernant des fissures relevées sur deux des quatre moteurs Sulzer. Le président du Ptr rassure qu’il ne faut nullement s’alarmer.
Commentant le départ d’Ali Mansoor, ancien secrétaire financier, Abdullah Hossen, directeur de communications du Ptr, dit pour sa part respecter ce choix. « Nous sommes à la veille du budget, il a d’énormes qualités, mais le pays doit avancer. » Il a par ailleurs salué la performance des athlètes mauriciens qui ont brillé au kick-boxing, soulignant que le gouvernement a toujours prôné que la jeunesse prenne une part active dans le développement du pays.