L’opposition a monopolisé la conférence de presse hebdomadaire du Parti Travailliste, hier, à Port-Louis. Des élections municipales à la PNQ sur le scandale Bois de rose, le MSM et le MMM n’ont pas été épargnés par les critiques acerbes des rouges. Et s’agissant des municipales, le PTr affiche plus que jamais la confiance et affirme que l’opposition patauge dans la pagaille. Le PTr n’a, cependant, laissé transparaître aucun indice sur la composition de sa liste de candidats briguant les municipales. Le tandem PTr/PMSD annoncera les noms de leurs candidats respectifs mercredi prochain. Toutefois, le président du parti, Patrick Assirvaden, a laissé entendre que la liste comprendra « un mélange de jeunes, de femmes, de travailleurs sociaux engagés, d’intellectuels… » Le Remake 2000 aurait, selon le PTr, entamé sa campagne sur une note d’incertitude et le malaise serait palpable dans le camp des mauves. Les récentes démissions dans l’opposition ont accentué sa fragilité. « Le MSM est un partenaire encombrant pour le MMM, a déclaré Patrick Assirvaden, avant d’ironiser: Le MMM a bien trouvé le thème de sa campagne. Bizin netwaye. Li bizin netway kot li! »
Patrick Assirvaden n’a pas caché son étonnement à l’effet que le député Soodhun ne sera pas campaign manager à Vacoas/Phoenix. « Le leader de Medpoint 2, Aneerood Jugnauth, avait annoncé qu’il y aura des députés et ministres qui ne pourront mettre les pieds dans cette circonscription. A mon grand étonnement, c’est Soodhun qui ne sera pas au no. 15, pourtant il y a été élu six fois. Il sera à Port-Louis. Ce sont le Dr Soreefan et Mahen Jhugroo qui dirigeront la campagne au no. 15 »  Continuant dans la même lancée, Nita Deerpalsing, directrice de communication du PTr, est d’avis que « l’équipe de l’opposition est à couteaux tirés. Les militants qui sont sur le terrain ne veulent plus soutenir le clan familial (…) Tou lezour ena defeksyon dan lalyans MedPoint 2. Bann militan koltar pe vinn get nou pou dir ki MMM pe perdi so ideolozi avan. Aujourd’hui, le MMM a pour mission de défendre le symbole de la corruption, le bâtiment de la honte et des  personnes qui ont porté atteinte à l’harmonie sociale. » Ce sont ces mêmes militants, aux dires de Patrick Assirvaden, qui « se demandent pourquoi le MMM protège le MSM. »
Par ailleurs, la PNQ du MMM sur l’affaire Bois de rose aurait, avance Patrick Assirvaden, mis son partenaire du Remake 2000 dans l’embarras. En voulant acculer le PM, Navin Ramgoolam et le gouvernement sur cette affaire, c’est finalement le MSM qui a été décontenancé. « On a remarqué à quel point le MSM était désamparé et même les membres du MMM étaient étonnés par cette question. Maintenant, le MMM se doit de demander des éclaircissements sur certaines choses  à son partenaire. » Le PTr dit ne pas comprendre la démarche du leader de l’opposition, Paul Bérenger, en posant une question sur l’appel téléphonique du 27 mai 2011. « Quelle idée Bérenger a eu de poser une question parlementaire sur ce sujet alors qu’il y a tant de choses sur le budget qui demandent à être éclaircies. » De son côté, Nita Deerpalsing estime que la question de Paul Bérenger s’est retournée contre lui et a mis Nando Bodha, ex-ministre du Tourisme et député du MSM, dans l’embarras. « Mo pa kone kifer, monn trouv Nando Bodha so figir byen sek, byen trakase. »
Revenant sur la santé économique du pays, c’est en se référant à la publication de The Economist que Nita Deerpalsing a démontré que les prévisions sur la croissance (4%) pour 2013 indiquent que Maurice s’en sort plutôt bien, comparée à des puissances européennes, à l’instar de l’Allemagne. Pour Nita Deerpalsing, The Economist vient contredire l’opposition qui n’a pas été avare en critiques après la présentation du Budget. Elle est d’avis que l’opposition est en panne d’idées et n’a pas mieux fait lorsqu’elle dirigeait le pays.