Le Parti travailliste a entamé hier soir à Nouvelle-France la dernière ligne droite de sa campagne de mobilisation en marge du rendez-vous du 20 septembre à Kewal Nagar pour les célébrations marquant les 115 ans de la naissance de sir Seewoosagur Ramgoolam. Dans une ambiance de campagne électorale, l’état-major des rouges n’a fait aucun cadeau au gouvernement de L’Alliance Lepep de sir Anerood Jugnauth et a même évoqué des élections générales anticipées par l’intermédiaire d’Arvin Boolell. Ce membre très en vue du PTr devait même prédire que « pouvwar pa pou tarde pou vinn are nou » tandis que le nouveau venu dans l’écurie des rouges, Rama Valayden, devait haranguer les partisans à participer à une manifestation légale contre le gouvernement de L’Alliance Lepep « pou dir zot ki fine arriv ler pou zot ale ».
Mis à part les appels lancés de manière systématique par les intervenants politiques hier soir pour une mobilisation monstre à Kewal Nagar le dimanche 20 septembre, le PTr s’est également attardé sur les sujets brûlants de l’actualité, à l’instar des tristes événements survenus le week-end dernier dans le Sud, la hausse du chômage ainsi que le scandale de la BAI. Toutefois, l’un des temps forts de ce congrès nocturne devait être le thème des élections générales anticipées. Arvin Boolell, intervenant en dernier dans l’ordre des orateurs, devait ainsi prévoir que « pouvwar pa pou tarde pou vinn ar nou ». Il devait ajouter plus loin : « Nous vous donnons rendez-vous pour consolider cette marche vers les élections générales anticipées. Li pou enn “one way ticket” pou sa gouvernma-la ! Na pa pou ena retour pou sa gouvernma-la. »
De son côté, Rama Valayden, qui a adhéré au PTr tout récemment, a exhorté les partisans à confirmer leur présence en marge d’une manifestation légale contre le régime en vue de « dir zot ki nou na pa oule zot ek fer zot kompran ki fine arriv ler pou zot ale e laisse pei-la respire ». Il a également critiqué le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, pour avoir brandi la menace d’instaurer l’état d’urgence dans le pays à la suite des incidents survenus dans le sud le week-end dernier. « L’état d’urgence oule dir aret ena meeting publik; l’état d’urgence oule dir ferme tou dirizan PTr; l’état d’urgence oule dir censure la presse; l’état d’urgence oule dir pa gagn drwa manifeste ek syndicat, pa gagne droit fonctionne. Si to mett sa, eski investisseurs pou vini ? Eski touriste pou vini ? Eski nou pou senti nou en liberté ? » a lancé Rama Valayden sur un ton des plus virulents.
Pour sa part, le président du parti, Patrick Assirvaden, devait s’attarder sur l’écroulement de l’empire de Dawood Rawat, promettant une réouverture d’une enquête contre « le crime » de la BAI une fois les rouges « réinstallés » au pouvoir. « Bhadain, so mask ine tombe. Zour nou retourn au pouvwar, lanket lor BAI pou rouver. Se enn crime ki fine fer. Ou bizin ena responsabilite, ou pa kapav azir kouma proprietair pei », a-t-il soutenu tout qualifiant l’équipe gouvernementale « d’irresponsable ». Plusieurs autres intervenants ont pris la parole hier soir, dont Shakeel Mohamed, Rajesh Jeetah, Tassarajen Pillay Chedumbrum et Ritesh Ramphul. À noter la présence de Me Yousuf Mohamed sur l’estrade du PTr à Nouvelle-France.