Les éléments féminins de l’alliance Ptr/PMSD se sont réunis ce matin au Square Guy Rozemont à Port-Louis pour crier leur profonde indignation à la suite de la PNQ de Paul Bérenger hier au Parlement consacrée à la photo de Mme Nandanee prise par un agent du MSM. Selon Sheila Bappoo, les femmes « sont indignées par la question de Paul Bérenger. Li ti dir bann madam zot plas labatwar, aster-la, li vinn ek enn kanpagn denigreman ».
Nita Deerpalsing a pour sa part soutenu que si la photo de l’agent travailliste avait été prise par un journaliste, cela n’aurait posé aucun problème. « Me se enn azan MSM kinn pwint so kamera lor vizaz enn fam. Madam-la, inn dir li pa tir so foto. Nou kondann sa lakt-la. »
Par ailleurs, Sheila Bappoo estime que « listwar pou rekonet ki lane 2012, se enn lane istorik an faver bann fam morisyenn sirtou pou zot rol dan lapolitik ». « Gouvernma finn fer amand bann fam finn zwe enn rol ankor pli inportan dan eleksyon vilazwaz ek minisipal. »
Sheila Bappoo a aussi commenté la PNQ du leader de l’opposition qui, dit-elle, vient donner raison à « enn aktivist MSM, enn zom ki finn permet li pran foto enn madam san so permisyon… Pour le Ptr/PMSD, c’est inacceptable. C’est plus que clair que le MMM/MSM, considère encore la femme comme un objet. » Mme Bappoo s’est aussi demandée ce que le photographe activiste du MMM/MSM comptait faire de cette photo.
Mme Bappoo parle également de « arselman si tir foto enn fam ki pa oule tir so foto. Bizin ena lourd sanksyon kont bann zom ki arsel fam. » Elle est d’avis que Paul Bérenger aurait dû condamner cet acte au lieu d’en faire toute une affaire. « Il aurait dû s’attarder sur une PNQ d’intérêt d’ordre national, au lieu de s’acharner sur une dame qui ne voulait pas se laisser prendre en photo. » Selon elle, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une manoeuvre de l’opposition visant à faire croire à la population qu’une femme rouge travaillait illégalement dans le centre de dépouillement de l’école Maurice Curé. « Cette dame était une Counting Agent et portait un badge de la Commission électorale. Elle ne faisait que son travail. Toutes les femmes du Ptr/PMSD condamnent cet acte et nous exprimons notre profonde indignation face à de tels comportements à l’égard de la femme. Cela aurait pu arriver à n’importe quelle autre femme, une mère de famille ou une soeur. Lalwa bizin ranforsi ek bizin kondann bann derapaz. »